Reportage exclusif : Lost Planet 2

Nous étions à la présentation du jeu avec les développeurs, découvrez notre avis et nos photos !

Jun Takeuchi, producteur executif et Kenji Ohguro, directeur du développement étaient à Paris pour nous présenter Lost planet 2. Reportage et avis sur l'une des futures bombes de Capcom.

Lost Planet avait été conçu dès le début par Capcom pour plaire principalement aux joueurs occidentaux. Toujours très orienté action, le second opus continue dans cette voie, mais l’équipe de développement a ici pour objectif de « ne rien avoir à regretter » une fois le jeu terminé. Le scénario de Lost Planet 2 se déroule 10 ans après les évènements du premier épisode. La planète menacée de devenir inhabitable et finalement sauvée dans LP1 est maintenant devenue surpeuplée. Les fans ne seront donc pas surpris de retrouver un univers riche et bourré de monstres, de mécha et véhicules aux dimensions délirantes. L’essentiel du jeu se déroule dans le désert, dans une ambiance très Mad Max. En fonction du chapitre joué, on incarnera un membre d’une faction différente afin de suivre le scénario.

Première conséquence en termes de gameplay : il n’est plus nécessaire de chercher en permanence des sources de thermo-énergie, celle-ci ne descend plus automatiquement avec le temps. Elle est toujours présente, mais sert maintenant comme source d’alimentation à certaines armes et fonctions de l’armure.

Autre grosse évolution : il est maintenant possible de personnaliser son personnage de manière relativement poussée (pour un jeu d’action). Niveau look d’abord, on peut choisir une apparence parmi de nombreux « pré-sets » (dont deux apparences Gears of War – pour la version 360). Il est également possible de configurer soit même son équipement en réglant séparément les 4 parties le composant. On peut aussi choisir différentes « emotes » à utiliser en combat ainsi que 2 capacités spéciales (régénération, invisibilité, etc.) que l’on débloque au cours du jeu. L’objectif de chaque niveau de Lost Planet 2 est de capturer tous les points de contrôle de la carte dans un premier temps, puis de les défendre contre des vagues d’ennemis (boss compris) dans un second temps. Pendant la première phase, on peut donc la jouer plus infiltration qu’action et de nombreux chemins sont possibles pour atteindre les points de capture.

Toujours très orienté action, ça tire et ça explose de partout et on enchaine rapidement les ennemis. Beaucoup d’informations sont affichées à l’écran, mais on peut supposer qu’un petit tutoriel nous expliquera tout ça en détail. Même en cas de mort, on peut réapparaître quelques secondes plus tard et repartir dans l’action. Il faut cependant veiller à ne pas trop rendre l’âme, chaque mort faisant baisser la « jauge de combat », sorte de barre de vie partagée par toute l’équipe. Car Lost Planet 2 est résolument orienté coopératif et l’on est toujours accompagné d’une petite escouade, contrôlée soit par d’autres joueurs, soit par la console si l’on joue en solo. Le design des niveaux est évidemment adapté, et il faudra fréquemment se coordonner pour actionner des interrupteurs en même temps ou pour piloter des véhicules comprenant par exemple un pilote et deux artilleurs.

Graphiquement enfin, Lost Planet 2 utilise le même moteur graphique que le premier épisode, si ce n’est qu’il dispose de davantage d’effets. Les boss gigantesques sont ainsi mieux retranscrits à l’écran.

Lost Planet 2 semble être vraiment une suite au moins à la hauteur du premier épisode, avec un fort penchant pour le côté co-op. Le gameplay classique, mais néanmoins solide du jeu est appuyé par un univers riche, original et visuellement réussi. Reste à savoir si le jeu ne s’avèrera pas trop répétitif : réponse le 18 mai sur PlayStation 3 et Xbox 360.

Reportage effectué par Julien Roy.

Cette page utilise des cookies pour comptabiliser votre visite. En naviguant plus loin vous acceptez leur utilisation. OK, j'ai compris !