Bifff : Coraline séduit, les festivités commencent

Bifff 2009 : premier jour

 

Bien voilà le coup d'envoi de cette 27éme édition du BIFFF fut lancé comme l'année précédente avec grande et bonne humeur, malgré un discourt qui pouvait laisser entendre qu'organiser un événement comme celui-ci est très loin d'être simple.

Bien sûr le grand moment de cette soirée fut la projection du film Coraline de Henry Selick, réalisateur du grandiose « étrange noël de Monsieur Jack ». Mais bien avant cela nous avons eu le droit à une Jessica Rabbit plus poilu qu'à l'accoutumé, un Dark Vador capable de se transformer en une Betty Boop obèse et, après un grand nombre de représentations du même genre, Lucky McKee est venu inaugurer le festival en poussant la chansonnette, car sachez qu'on ne monte pas sur l'estrade bruxelloise que pour dire de jolis mots, mais aussi pour faire une démonstration de ses talents de chanteur.

Pour ce qui est de Coraline sachez que le réalisateur se montre une fois encore à la hauteur des attentes. Sans atteindre les sommets de « L'étrange noël de Monsieur Jack»,le film se révèle un véritable enchantement. Mais il faut dire qu'en plus d'un réalisateur de talent on se retrouvait aussi dans une histoire écrite par Neil Gaiman, les deux talents réunis ne pouvaient qu'aboutir à un film digne de ce nom.

 

article de Vincent L et Richard B du BIFFF

Cette page utilise des cookies pour comptabiliser votre visite. En naviguant plus loin vous acceptez leur utilisation. OK, j'ai compris !