Focus : Studio/Ciné Live N°1 !

Notre avis sur le magazine né de la fusion de deux grands magazines du cinéma.

C’est l’une des nouvelles tonitruantes de la fin d’année dernière, les deux gros magazines Studio et Ciné Live vont fusionner ! Les deux rédactions ont ainsi choisi de s’éclipser sur le numéro de janvier (paru fin décembre 08) pour laisser place à Studio/Ciné Live, un nouveau magazine pour « tous les cinémas ». Avec ces mots, on annonce la couleur.

L’objectif est plus difficile qu’il n’y parait, car face à la montée en puissance d’internet (Allociné en tête), la presse papier souffre énormément de cette concurrence. A commencer par Première, qui, malgré son statut de leader en termes de diffusion, accuse une forte baisse de ses ventes. C’est notamment pour faire face à ce problème, que le Groupe de Presse L’Express-Roularta à décidé de fusionner ces deux magazines phares du cinéma. Si l’un s’intéresse plus particulièrement aux cinémas français (Studio), l’autre est clairement ancré « blockbuster américain » (Ciné-Live), la cible est donc très différente, et il fallait oser pour former ce nouveau magazine qu’est désormais Studio/Ciné Live.

Pourtant, Fabrice Leclerc, promu rédacteur en chef (il était auparavant au même poste à Ciné Live), affiche son ambition, conquérir une cible de 18 à 35ans. Notamment grâce à une ligne éditoriale légèrement différente. Mais qu’est-ce qui change au juste ? Pas grand-chose en fait, on retrouve le ton des deux magazines puisque l’ensemble des journalistes ont été maintenu au sein de la rédaction. Des sujets toujours autant commerciaux mais avec un ton plus élitiste (ne collant pas aux sujets), plus cher également (3€50 au lieu de 3€).

La campagne de pub qui agrémente le lancement de Studio/Ciné Live met en avant un slogan « Vivez Cinéma », ultra-racoleur. Mais pourtant, le magazine dispose d’atouts de choix, notamment du coté de la maquette qui a été totalement repensée, une maquette plus aérée, à l’image du magazine Edge ou Empire, on sait tout de suite ce que l’on va trouver dans ce premier numéro. Alors qu’y trouve-t-on ? La rubrique « En couverture » mettant en scène ce mois-ci la carrière de Brad Pitt à travers son prochain film L'Etrange histoire de Benjamin Button, un bon gros dossier qui est plaisant à lire car beaucoup plus descriptif qu’avant, on s’intéresse plus au texte qu’aux photos. Autre rubrique, « La Leçon de Cinéma » qui donne la parole à un réalisateur (ici François Ozon pour Ricky) pour qu’il nous dévoile les secrets de son cinéma. Si l’attention est louable, on aurait aimé tout de même l’avis d’un journaliste sur l’ensemble de sa carrière. Alors que l’on pense enfin feuilleter un magazine papier intimiste sans fioritures, on retombe brutalement dans la réalité avec un article vu et revu « Making Off » consacré à la saga Star Wars et qui ne nous apprend strictement rien, on remplit avec peu de chose.

L’autre défaut de ce premier numéro, c’est la fameuse « Interview Hors Promo » (Marion Cotillard ce mois-ci), on a le droit à des questions sans intérêt, après tout, qu’y-a-t-il d’intéressant dans le fait de questionner un acteur qui ne nous parle pas de son dernier film ? L’actrice a beau avoir gagné l’Oscar l’année dernière, ça n’en fait pas quelqu’un de passionnant. On passera également sur « Investigation » qui met en scène Tom Cruise sur fond d’une question clef « Tout Puissant ? », et qui retrace son parcours controversé, rien de bien neuf.

Reste en définitive les critiques, agréables à lire, mais toujours en retard par rapport à internet. Car finalement, Studio/Ciné Live n’est pas la révolution annoncée. On reste dans du déjà-vu, sur des bases qu’avaient instauré les deux magazines, tout en essayant de copier Première (notamment sur les pages ornées d’une gigantesque image comme pour Button ou Volt), un style qui ne réussit pas à ce premier numéro. Erreurs de jeunesses surement.


Et vous, que pensez-vous de ce premier numéro de Studio/Ciné Live ?

Cette page utilise des cookies pour comptabiliser votre visite. En naviguant plus loin vous acceptez leur utilisation. OK, j'ai compris !