Terminator – Sarah Connor Chronicles : La Chronique

Neuf épisodes pour se faire un avis sur cette série phénomène…

Très attendu par les fans, la série dérivée de la licence Terminator a fait grand bruit lors de sa première diffusion sur la Fox en janvier dernier, 9 épisodes plus tard, il est temps de faire le point sur ce nouveau show made in US…

Lors de l’annonce du développement de la série, on pouvait s’attendre au pire, avec un titre aussi long et une licence devenue décevante après un troisième film loin de faire l’unanimité, c’était un pari risqué. Le casting était aussi peu convaincant, des acteurs méconnus du grand public (ou presque) ont ainsi été choisis pour figurer dans cette série TV. L’annonce est donc faites, la série sera diffusée en janvier 2008 sur la chaine américaine Fox, prévue au départ pour 13 épisodes, la grève des scénaristes va imposer 9 petits épisodes à la saison 1…
Terminator : The Sarah Connor Chronicles raconte en effet l’histoire de Sarah Connor et de son fils John se retrouvant seul dans un monde hostile qu’ils ne connaissent pas, ils sont enfin venus à bout des terrifiants Terminator, des machines prêtes à tout pour détruire le monde. Accusé injustement d’avoir assassiné un chercheur, Sarah se cache de la police qui la recherche, mais elle va très vite se rendre compte qu’il n’y a pas qu’eux qui la cherche, des ennemis provenant du futur veulent à tout pris tuer son fils, John, puisque c’est lui la clef de toute cette histoire. Alors qu’ils sont poursuivis ils font un voyage pour 2007, et décident d’affronter de face les assaillants venus du présent comme du futur…
Un scénario efficace directement en relation avec les films, et les fans ne devraient pas être dépaysés, toutefois, les novices ne connaissant pas Terminator seront fortement déroutés, en effet, le pilote ne fait pas office d’épisode récapitulatif, on est directement mis dans l’action et si vous ne savez rien de l’histoire de Sarah Chronicles vous aurez un peu de mal à comprendre le fil de l’histoire, toutefois, au fil des 9 premiers épisodes de la série, on en apprend un peu plus. Il faut juste être patient et savourer le formidable jeu d‘acteur des trois principaux protagonistes que sont Lena Headey (Sarah Connor), Thomas Dekker (John Connor) et Summer Glau (Cameron Phillips), méconnus (sauf pour les amateurs de 4400 ou Heroes ou encore Firefly) ils s’en sortent relativement bien et nous offrent un spectacle époustouflant les rendant attachant, la mère qui ne veut que le bien de son fils, qui lui préférerait arrêter de fuir et se trouver des amis fixe, qui fait la connaissance de Cameron, elle se révèle être en faites un robot « ami ».
C’est aussi un choix que de ne pas imposer un récapitulatif, déjà parce qu’il n’y a que 9 épisodes de prévus dans un premier temps, et surtout parce qu’il faut tout de suite plaire au téléspectateur, l’action est donc omniprésente et laisse peu de place aux passages ennuyants, on aurait même aimé qu’il n’y en ai pas du tout, car la scène ou Cameron fait la connaissance de John Connor est parfaitement inutile puisque la gentille machine entrera directement dans le jeu du robot sans aucun sentiment souhaitant avant tout protéger le duo Connor pour que le futur soit sauvé. Les phases d’action sont particulièrement bien faites et l’on est constamment éblouis par une telle réalisation, pour peu que vous ayez un écran 16/9ème et un son 5.1, et vous aurez le matériel pour profiter pleinement de la série. Attention toutefois puisque si le pilote est bourré d’explosions en tout genre, ce n’est pas véritablement le cas des huit autres épisodes, les effets sont toujours bien présents mais ils laissent quand même beaucoup plus de place à la trame scénaristique de ma série pour paraitre parfois un peu ennuyeux.
Pour conclure cette chronique, Terminator : The Sarah Connor Chronicles est une excellente série de science-fiction pour peu que vous soyez fan de la licence Terminator, si ce n’est pas le cas (ou si vous n’avez jamais vu Terminator, ça arrive, dans ces cas là courrez vous prendre les deux premiers films et savourez la série), vous ne trouverez aucun intérêt à la série si ce n’est que vous en prendrez pleins les mirettes. Prochainement diffusé sur TF1, la série est à coup sur un bon moyen de patienter avant le retour de vos séries préférées aux USA.

Cette page utilise des cookies pour comptabiliser votre visite. En naviguant plus loin vous acceptez leur utilisation. OK, j'ai compris !