"1000 Heroes", bible du jeu vidéo

Six cents pages, des milliers d'illustrations, des interventions de maîtres du genres... Le livre "1000 heroes" devrait sans difficulté devenir une référence en la matière : il rend un bel hommage à un divertissement en quête de reconnaissance.

Vu le nombre d'univers, de paysages imaginaires et de personnages auxquels ils ont donné le jour, il était plus que temps que l'on rende hommage aux jeux vidéos et à leur profusion créatrice. C'est aujourd'hui chose faite avec "1000 heroes", livre-somme édité par Taschen. Il rassemble, sur plus de six cents pages en papier glacé, des illustrations tirées des jeux vidéos les plus célèbres de leur courte mais riche histoire, n'oubliant aucun genre.
Richement illustré, dôté d'images souvent exclusives, cet ouvrage permet une vue d'ensemble inédite sur l'esthétique de cet univers. S'y côtoient études de personnages, captures d'écrans, crayonnés et illustrations rares de tous les genres de jeux. On y trouve ainsi les "figures historiques" telles que Mario, Lara Croft ou Pac-Man (on trouve dans le livre la planche des tout premiers fantômes), les héroïnes sexy de Fear Effect et No one lives For Ever, des captures du mythique Dragons Lair, les fausses affiches de propagande de Civilization…
Les jeux récents étant les plus présents, on notera une nette domination de la 3D, qui a gagné avec les années en finesse, réalisme et en variété : réalisme des simulations sportives, onirisme de Black & White, pseudo 2D de Fear Effect, style urbain dans Jet Set Radio et aspect cartoon pour RayMan. Même s'ils sont dominés par la science fiction, l'héroïc fantasy et les mangas japonais, force est de reconnaître que "1000 heroes" donne la preuve d'une pluralité d'inspiration et d'une force d'imagination qui n'a rien à envier au cinéma.
Ajoutez à cela des infos sur le monde du jeu vidéo glissées en marge des images, quelques articles brossant un genre en particulier et les interventions de maîtres du genre, vous aurez un livre complet, beau, remarquable, qui donne aux jeux vidéos l'hommage qu'ils méritaient enfin. Il faut louer ici le travail de David Choquet, ancien rédacteur en chef du site Gamekult, qui a coordonné l'ensemble. Même si l'on peut regretter le peu de jeux anciens cités (lacune due au manque d'archive chez les éditeurs), il est déjà une référence.

Cette page utilise des cookies pour comptabiliser votre visite. En naviguant plus loin vous acceptez leur utilisation. OK, j'ai compris !