Elric, le film: cela devient sérieux

Michael Moorcock le confirme enfin!

Voici enfin quelques bonnes nouvelles concernant le projet Elric, et on peut les considérer comme sûres car elle viennent du maitre Michael Moorcock en personne, lui qui était si réservé sur la question.
Pour mémoire, rappelons ce que l’on sait déjà : - Universal a définitivement acheté la licence, le deuxième paiement a eu lieu en 2006. - Dans le rôle titre, le comédien Paul Bettany a les faveurs de la production, suite aux propositions du romancier. - Ce sont les frères Weitz qui sont chargés de l’écriture du script, mais Michael Moorcock garde un statut de consultant (n’oublions pas qu’il a une expérience scénaristique)
Et voici le courrier de Michael Moorcock aux adhérents de son site dédié et datant de février 2007 :
Ca y est, cela est enfin arrivé, j’ai discuté avec les producteurs la semaine dernière. Maintenant que leur travail sur The Golden Compass (ndt : un film fantastique avec Nicole Kidman et Daniel Craig, réalisé par les frères Weitz)est achevé, ils vont rapidement se consacrer au projet du film Elric, ils me l’ont confirmé. Nous avons changé notre approche deux ou trois fois et j’ai été aussi loin que la production me le permettait – et je crois sincèrement que c’est une bonne chose. La dark fantasy est l’idée du moment. J’ai peur de ne pas avoir le droit d’en dire plus pour le moment, mais nous avançons, même si c’est à petit pas ! Il ne fait aucun doute que les relatifs échecs de gros budgets dans le genre fantastique comme Riddick, Van Helsing, et même King Kong, fait que l’Universal ait eu envie de fermer quelque peu ses robinets, au moins durant quelques temps. Mais on a mis en avant qu’ils ont connus le succès avec des films plus sombres, cérébraux et imaginatifs, comme le Labyrinthe de Pan et Le Fils de l’Homme, et que Elric s’inscrit plus dans cette mouvance.
Purée, franchement, je n'y croyais plus!..

Cette page utilise des cookies pour comptabiliser votre visite. En naviguant plus loin vous acceptez leur utilisation. OK, j'ai compris !