L'heure de vérité approche pour la mission saturnienne

Cassini-Hyugens sur le point d'aboutir

Les équipes américaine et européenne responsables de la mission Cassini-Huygens sont de plus en plus fébriles à l'approche de Noël. C'est qu'elles espèrent recevoir un cadeau bien particulier: la réussite de la première phase de la descente dans l'atmosphère de Titan de la sonde Huygens, qui doit se séparer de l'orbiteur Cassini ce jour-là.
Cette nouvelle étape surviendra après plusieurs réussites historiques pour la mission de la NASA et de l'ESA. Cassini-Huygens a d'abord voyagé 7 ans dans l'espace sans rencontrer de problèmes majeurs pour ensuite se placer en orbite autour de la Saturne, une phase qui était particulièrement risquée.
Durant toutes ces périodes, Cassini a capté des images saisissantes de Saturne et de son entourage.
Vers le plongeon final
Le vendredi 17 décembre, l'orbiteur Cassini sera placé sur une trajectoire contrôlée de collision avec la plus grosse lune de Titan. Cette phase lui permettra de libérer la sonde Huygens en la plaçant sur la bonne route. La séparation de Cassini et de Huygens est ensuite prévue le 25 décembre.
Après sa libération, la sonde Huygens s'éloignera de Cassini à une vitesse d'environ 35 cm par seconde en tournant sur elle-même environ 7 fois par minute afin de maintenir sa trajectoire balistique. À ce stade, les deux véhicules ne communiqueront plus entre eux jusqu'au déploiement du parachute de Huygens dans l'atmosphère de Titan.
Cassini fera ensuite, le 28 décembre, une manoeuvre pour quitter la trajectoire de collision. Il se préparera à recevoir les données transmises par Huygens qu'il enregistrera en vue de les envoyer plus tard vers la Terre.
Huygens demeurera en sommeil jusqu'à quelques heures de son arrivée sur Titan, le 14 janvier.
La descente dans une atmosphère riche en méthane devrait mettre à rude épreuve le bouclier thermique. Elle doit durer deux heures et quinze minutes. L'endroit exact de l'atterrissage est inconnu.
La sonde Huygens, de fabrication européenne, sera le premier véhicule spatial à venir explorer cet environnement sans équivalent, dont les scientifiques pensent qu'il est proche de ce que fut l'atmosphère de la Terre primitive, avant l'apparition de la vie, il y a 3,8 milliards d'années.

Cette page utilise des cookies pour comptabiliser votre visite. En naviguant plus loin vous acceptez leur utilisation. OK, j'ai compris !