Sarah Michelle Gellar parle de The Grudge

Le premier choc d’horreur de l’année

The Grudge, c’est la rédemption de Gellar d’après elle-même. L’actrice a en effet fait des pieds et des mains pour obtenir le rôle auprès d’un Sam Raimi dont le film marquera le début d’une ère d’adaptations asiatiques (comme producteur).
Sarah Michelle Gellar : Quand j'ai eu vent qu'un projet de remake de Ju-On était dans l'air, quand j'ai su, de plus, que le réalisateur original étaient impliqués dans l'affaire, je ne pouvais franchement pas laisser passer cette occasion. J'aime particulièrement le mode de récit des films japonais, moins rigide, moins linéaire que le nôtre.
Je n'ai pas assez de mots pour exprimer l'expérience que j'ai vécue au Japon! raconte l'actrice. Et puis, l'accent est beaucoup mis sur les femmes dans ce genre de films, là-bas. Ce sont elles qui mènent la marche, qui ont l'occasion de briller. The Grudge n'est pas un film d'horreur traditionnel à mon sens.
Le film sera dans les salles le 26 janvier prochain, son réalisateur Takashi Shimizu le qualifie par ces mots : un mauvais sort qui se transmet comme un virus entre ceux qui meurent d'une façon violente dans un état de terreur… Tout un poème !

Cette page utilise des cookies pour comptabiliser votre visite. En naviguant plus loin vous acceptez leur utilisation. OK, j'ai compris !