Rétrospective 2012 de Scifi-Universe

Novembre...

Retrospective 2012 sur Scifi-universe, avec une petites revues des reportages exclusifs et un florilège des oeuvres que nous avons aimé...

 

Reportages SFU :

Cinéma :

 

Jeux :

 

Exposition :

 

Science(-fiction ?) :

 

 


Un film, un livre, une BD, un jeu, qu'est ce qui a plu à la rédaction de scifi-universe en novembre 2012 ?


Sinister

Si Sinister n'est pas le film le plus angoissant de ces derniers temps - la première partie d'Insidious m'avait semblé plus efficace en la matière —, il est certainement l'un des mieux écrits dans le registre depuis bien longtemps. Cohérent de bout en bout, Sinister ne s'éloigne jamais de son sujet et, plus qu'un film d'horreur, raconte avant tout une histoire des plus passionnante avec un personnage principal solide et loin d'être superficiel. Un exemple en la matière à suivre.

Lire la critique complète

 

Black rain S01//E3-4

Avec Black rain S01//E3-4, on progresse, on avance, on s'oriente, on s'aventure dans l'univers de Chris Debien illustré par Pascal Quidault, à la croisée de références à la fois télévisées et littéraires. Attendons la suite pour voir où il veut nous emmener.

Lire la critique complète

 

Aquablue tome 13 : Septentrion

"Aquablue 13 : Septentrion" est une totale réussite. Le rythme, la richesse visuelle de l'ouvrage, les rebondissements, tout est là pour offrir une lecture épique dans laquelle on se replongera afin de contempler mille fois chaque case. De la science-fiction comme on aimerait en vivre plus souvent où tous les éléments qu'on apprécie dans le registre font acte de présence ici. "Septentrion" c'est un peu comme si on avait le meilleur de Star Wars et d'Avatar. Dire qu'on attend la suite est loin d'être un euphémisme. Croisons les doigts pour que la qualité et le niveau amené ici perdurent.

Lire la critique complète

 

Alcatraz : the scapegoat

Alcatraz the scapegoat est un jeu porté sur les alliances éphémères et son lot de trahisons. Cet ensemble relativement harmonieux, surtout à quatre participants, impose une bonne mécanique et une fluidité agréable. Toutefois, le bouc émissaire sera souvent le joueur le moins chanceux car beaucoup de situations se décantent sur un tirage de cartes totalement aléatoire. Heureusement, la cogitation et la réflexion semblent nécessaires afin d'assurer ses arrières et d'obtenir une chance de s'échapper à cet univers carcéral. Alcatraz, un univers impitoyable !

Lire la critique complète

Cette page utilise des cookies pour comptabiliser votre visite. En naviguant plus loin vous acceptez leur utilisation. OK, j'ai compris !