Bordage : Interview dans la presse

Un écrivain pas commun...

Le romancier Pierre Bordage, notamment auteur de l'adaptation romanesque du film / jeu Kaena, a été interviewé par 24 Heures, un journal suisse. Vous trouverez ci-dessous une partie de l'interview.
— Une de vos caractéristiques d’écrivain est de produire des récits longs. Pourquoi ce choix?
— Je me laisse emporter par les récits. Je n’ai pas d’idée préconçue, je me laisse entraîner par le flot qui arrive. Une de mes obsessions est d’en donner assez au lecteur.
— La quête initiatique est au cœur de toutes vos œuvres. Pour quelle(s) raison(s)?
— La quête m’a toujours passionné. Quand j’étais gosse, j’adorais lire des récits mythologiques. J’éprouve le même vertige à lire de la science-fiction et de la mythologie: ces récits entraînent le lecteur dans un voyage, suite auquel il revient changé. Le héros sort de son milieu, casse le conformisme ambiant pour rapporter quelque chose de différent.
— Les «pères» de la SF sont traditionnellement Jules Verne et Herbert George Wells. Dans le sillage de qui vous placez-vous?
— Aucun et les deux. De Jules Verne, j’ai plutôt l’optimisme, le côté merveilleux, la découverte. De Wells, un auteur plutôt sombre, la réflexion sur les dangers de la science. Je me considère comme un auteur optimiste, plutôt «vernien». Je m’en voudrais, en tant qu’auteur, de fermer la porte au lecteur. Il y a toujours une ouverture. Même la mort amène quelque chose de vivant, dans la rédemption christique. Je ne cherche pas l’originalité, ni à être novateur. J’ai envie d’explorer des histoires, des mythes existants, et de les apprêter à ma sauce.

Accédez à toute l'interview en cliquant ici.

Cette page utilise des cookies pour comptabiliser votre visite. En naviguant plus loin vous acceptez leur utilisation. OK, j'ai compris !