BIFFF J6 : du pétrole, des tueurs en série, une histoire d'amour et un poison mystérieux

6ème jour du BIFFF... avec la présence de John Landis

La moitié du BIFFF vient de se terminer. Que le temps passe vite dans les salles de cinéma !

Ce sixième jour n'a pas été le meilleur qui soit. Si, pour cause d'interview, nous avons raté Luster et Essential Killing, les échos que nous en avons eu de certains collègues sont pour le moins négatifs.

Pour nous, la journée a débuté avec Dark Souls, film norvégien coréalisé par deux français expatriés, César Ducasse et Mathieu Peteul. Un film avec plein d'idées, trop d'idées d'ailleurs ; conséquence : le film les survole toutes et laisse en bouche un goût d'inachevé.

A 20h, le BIFFF accueillait John Landis pour le sacrer Chevalier de l'Ordre du Corbeau (comme Alexandre Aja samedi dernier) ; ce dernier a également présenté à la presse son dernier film (le premier long-métrage depuis 1998 avec Suzanne a un plan), Cadavre à la Pelle (traduction bien pourrie de Burke and Hare). Un film sympathique, mais sans grande envergure, bref un petit John Landis (mais un John Landis sympa).

Enfin, la journée s'est terminée avec Les Nuits rouges du bourreau de jade, de Julien Carbon et Laurent Courtiaud, polar hong-kongais possédant deux scènes de torture visuellement bien chiadées. Pour le reste, le film est une réussite formelle, mais ne raconte pas grand-chose, et se trouve plombé par l'interprétation catastrophique de Frédérique Bel.

Cette page utilise des cookies pour comptabiliser votre visite. En naviguant plus loin vous acceptez leur utilisation. OK, j'ai compris !