Angoulême FIBD 2011 : Et le manga alors ?

Un genre un peu moins présent cette année

Cette année, le manga et le dessin asiatique n'étaient pas trop à l'honneur à Angoulême. Malgré un espace dédié - appelé "MangAsie" - certes, mais vraiment petit et confiné à un coin de la bulle principale, les éditeurs asiatiques n'ont pas eu la côte. Il y avait bien quelques "petits" et indépendants, mais où étaient passé Kana, Pika et autres Kazé manga, Tonkam, Ki-oon et j'en passe ?

D'ordinaire mélangés aux éditeurs européens, pour le plus grand plaisir des jeunes friands de ce type de lecture, cette année était vraiment marqué par leur absence. Est-ce l'effet du Japan Expo devenu tellement grand et puissant que les éditeurs de séries asiatiques ne prennent plus la peine de venir à Angoulême ?

Je ne sais pas. En tout cas, à part quelques tout petits rayonnages de-ci de-là, il était difficile de repartir avec un manga dans son sac. Dommage car Angoulême cible d'ordinaire toutes les sensibilités liées au dessin, et si le manga se retrouve être absent aujourd'hui, qu'adviendrat-il du comics demain, ou des auteurs plus confidentiels ?

Mais ne tirons pas la sonnette d'alarme trop vite - ma copine aurait parlé de jeter le bébé avec l'eau du bain. En tout cas, voici quelques photos spécialement pour que les fans de manga puissent un peu profiter d'Angoulême en attendant le Japan Expo.

 

Et encore quelques photos supplémentaires qui prouvent que l'Asie était encore là, même si moins visible que les autres années.

 

Cette page utilise des cookies pour comptabiliser votre visite. En naviguant plus loin vous acceptez leur utilisation. OK, j'ai compris !