75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

spécial Eden Log - Bifff 2008 sortie DVD

Publié il y a 8 ans par Richard B.

Débat avec Clovis Cornillac, Franck Vestiel et Cédric Jimenez

Lors du festival du Bifff 2008, Clovis Cornillac, Franck Vestiel et Cédric Jimenez avaient débattu sur le film avec le public. J’aurais bien aimé vous proposer l’intégralité de celui-ci, d’autant que la fin du débat était particulièrement intéressante, mais en raison d’une pénurie de cassettes, vous ne pourrez redécouvrir que la première partie du débat. Une partie dépassant tout de même les 23 minutes.

 

Téléchargez le lecteur Flash pour voir cette vidéo.

> télécharger la vidéo en wmv

De plus, je profite de cet extrait du Bifff pour rappeler que le DVD sortira chez Bac Films le 08 juillet 2008 au prix de 19,99 euros. Au niveau des suppléments on pourra y trouver un Livret, une présentation par le cinéaste Jan Kounen, un commentaire audio de Franck Vestiel (le réalisateur) une interview de Clovis Cornillac, Vimala Pons et Cédric Jiménez (le producteur). À rajouter à cela, un making of, un Teasers multi-langues et enfin des Dessins de prépa. Le film sera présenté au format 1.77 16/9 compatible 4/3 et en son Dolby Digital 5.1. EDEN LOG avait été présenté à Fantasy Film Fest (festival itinérant en Allemagne) : 7 villes, dont Berlin, Cologne, Hambourg... bien entendu, la 26 édition du BIFFF (Brussels International Fantastic Film Festival) et enfin au Film4 FrightFest de Glasgow ! Dernier des petits rappels et pas le moindre, j’avais eu la chance de rencontrer Franck Vestiel, le réalisateur, pour un entretien dépassant les 30 minutes et vous pouvez le retrouver en cliquant ici!

Notes de productions : Le titre Le film s'est d'abord intitulé Rézo Zéro. Franck Vestiel voulait que son premier long métrage soit le plus primitif possible, que le mot "zéro" soit présent dans le titre mais EDEN LOG fonctionnait mieux. "Log" est un terme informatique. L'association dans le titre suggérant un Eden artificiel. Dans une recherche de fichier sur ordinateur, le log est la racine qui permet de remonter à ce que l'on a fait précédemment. L'écologie Dans la nuit du 18 au 19 juin 2007 a eu lieu un événement mondial dont personne n'a parlé : pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, un plus grand nombre d'êtres humains vivent en ville qu'à la campagne. Aujourd'hui l'Homme se projette beaucoup plus dans un milieu urbain que rural. Le mouvement n'a aucune raison de s'arrêter. On ne vit plus avec la nature, on la traite comme un corps étranger qu'il faut protéger, préserver, mais auquel on ne s'intègre plus. Les décors Le challenge était de créer un endroit abandonné qui ait vécu. De plus, Franck Vestiel ne voulait surtout pas que l'on puisse dater le film en identifiant des technologies. Lorsque l'on tourne dans les égoûts, un batiment de traitements des eaux usées ou au fin fond d'une champignonnière, dans le noir, tout le temps, à15-20 mètres sous terre... on découvre vite les limites de la patience... Clovis Cornillac Franck Vestiel : "Quand je tournais avec lui pour la télé, j'oubliais très souvent de dire 'coupez' tellement le regarder jouer était captivant. Parmi tous les comédiens que je connais, Clovis est celui par lequel je me projette le plus facilement. Je m'identifie aisément à lui quand j'écris." Clovis Cornillac : "La force du film est qu'il questionne sans être moraliste. J'en tire quelque chose de très intime, et j'encourage tout le monde à en discuter autour d'un verre après l'avoir regardé. C'est un film qui peut susciter le débat sur des thèmes très variés, à commence par l'écologie et l'énergie. Qui pose un certain nombre de questions sans pour autant sacrifier l'action. Cela n'a d'ailleurs rien d'incompatible." Jérôme Wiciak, monteur son "Franck m'a présenté Eden Log comme une expérience sensorielle. Il voulait que le spectateur vive le film à travers les impressions du personnage principal, entende ce qu'il entend, perçoive ce qu'il perçoit. C'est toujours très agréable de s'échapper du quotidien, de pouvoir inventer des sonorités. Tous les sons que vous entendez dans Eden Log sont naturels et proviennent de sources existantes. Du recyclage, en quelque sorte !" Thierry Pouget, directeur de la photographie En terme d'image, Eden Log raconte, à travers les siennes, l'histoire du cinéma. Les premiers plans sont fixes, comme des photos noir et blanc, avec des flashs de lumière très puissants. La couleur arrive ensuite progressivement par petites touches et la fin symbolise l'arrivée du montage puisque le personnage reconstitue lui-même, en avançant et reculant dans des images, les événements du film pour enfin accéder à la vérité. "Franck Vestiel m'a vendu Méliès alors on a fait Méliès. Aucun ascenseur ne monte réellement dans le film. Le cube ne bouge pas, ce ne sont que des effets de caméra, de la bidouille. Au niveau éclairage, il m'a dit de ne pas hésiter à aller chercher des moments très sombres où l'on entendrait plus que la respiration du héros. L'idée était que la lumière vienne systématiquement à contre jour. Comme Franck voulait aussi filmer des plans séquences qui tournaient parfois à 360 degrés autour des acteurs, les machinos devaient se tenir près des éclairages pour les éteindre au fur et à mesure que la caméra bougeait. "

Diaporama photo : Eden Log [2007]

Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie de l'imaginaire en rapport avec l'article

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »