75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

BIFFF 2010 : Des sirènes et des têtes dans le cul

Publié il y a 6 ans par Richard B.

4éme jour des festivités du BIFFF

Décidément, pour l'instant, le Bifff (Brussels International Fantastic Film Festival) ne désemplit pas. Les spectateurs sont aux rendez-vous et les invités aussi puisque, ce dimanche, deux nouveaux intervenants sont venus présenter leur film. D'un côté Ole Bornedal pour Deliver us from evil et de l'autre Tom Six – accompagné de son acteur principal du film, Dieter Laser – pour The Human centipede.

Les deux premiers films de la journée furent Cargo et 1, comme le jour précédent nous n'avons pas pu assister à ses deux projections, mais d'après quelques échos spectateurs le bilan est, semble t-il, plutôt mitigé pour les deux longs-métrages. Notre premier film de la journée fut donc King of Thorn de Kazuyoshi Katayama (Appleseed). N'y allons pas par quatre chemins, ce film a été pour nous une lutte permanente pour ne pas s'endormir. Visuellement plutôt joli, le film manque totalement de rythme, complique les choses inutilement (en même temps nous ne sommes pas sur d'avoir compris, ou de vouloir comprendre), puis semble ne jamais vouloir se terminer. Les amateurs du roman graphique de Yuji Iwahara y trouveront peut-être leur bonheur, nous pas.

Ondine, le dernier Neil Jordan (entretien avec un vampire) est, à l'inverse, une véritable fable. Intelligemment filmé, très bien interprété (cela faisait longtemps que Colin Farrell n'avait pas été aussi bon), le scénario revoit à sa sauce, de manière remarquable, le mythe de la sirène. Puis il n'y a pas de doute, Alicja Bachleda doit en être une (de sirène) tant on reste ensorcelé par sa voix et sa beauté.

Autre réussite, dans un tout autre registre,  Deliver us from evil, nous amène à suivre la vie paisible de quelques villageois d'un petit bled de campagne. Là-bas tout le monde vie de ses petits secrets, bonheurs et doutes. Mais Lorsque Anna se fait renverser par le camion de Lars, tout va changer, et ce petit coin tranquille va très vite devenir un lieu de violence extrême dans lequel le démon caché resurgit en chacun et chacune. Malgré quelques défauts, la mise en scène très sobre de ce film amène une véritable tension montante. La distribution des rôles est quant-à elle parfaite. Suite à la projection du film Ole Bornedall s'est prêté au jeu des questions/réponses avec les spectateurs.

Le dernier film de la soirée risque de marquer longtemps nos esprits et aussi ceux des spectateurs, Human centipede étant pour le coup à la fois très original, mais aussi incroyablement malsain. Provoquant, psychologiquement tordu, parfois drôle, mais avec toujours une ambiance lente et perpétuellement sous tension, voilà un film qui va continuer à faire parler de lui pendant un long moment. Nous avons une pensée pour les actrices qui ont dû avoir la tête dans le cul pendant tout le tournage.

Petit bonus, un retour à la soirée de samedi, où une fois de plus vous pouvez gouter à l'ambiance du Bifff, et à la petit intervention qu'a fait Michael J. Bassett lors de la présentation de son film Solomon Kane.

Téléchargez le lecteur Flash pour voir cette vidéo.

Source : scifi-universe

Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie de la science-fiction en rapport avec l'article

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

  • Perso, j'ai été à la séance de Cargo et j'ai vraiment beaucoup aimé.

    Le film n'est pas exempté de défauts, mais globalement c'est (à mes yeux) une réussite.

    Ca a été également l'occasion pour moi de découvrir à quel point la pure SF peut être classe même avec des personnages qui ne parlent pas anglais.
    Tosheros, le 15 avril 2010 13:58