75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Le grand retour de Ruggero Deodato

Publié il y a 7 ans par Nicolas L.

Cannibals, oui, mais pas que cela...

Seize ans après son dernier long métrage (Vortice Mortale, en 1993), le réalisateur Ruggero Deodato semble bien près à repasser pour un bon moment derrière la caméra. En effet, après l'annonce officielle de Cannibals, une sorte de relecture de son célèbre Cannibal Holocaust, l'un des derniers survivants de la grande époque du gore italien vient d'annoncer au magazine Fangoria qu'il préparait la production de plusieurs gialli.

"J'ai écris trois scripts pour des gialli. Et j'aime tout particulièrement l'un d'entre eux. C'est un film très sérieux, qui suit les codes du giallo. Il n'est pas aussi fou que les dernieres productions de Dario Argento. C'est très réaliste bien qu'il contiendra toute la violence que les fans sont en  droit d'attendre."

Excellente nouvelle, donc, que ce retour de Ruggero Deodato, après plusieurs années consacrées au tournage d'épisodes de séries télé.

Si vous désirez en savoir plus, sachez qu'il y a peu, mon camarade Richard a eu lieu le plaisir de s'entretenir - lors du NIFFF 2008 - avec ce grand monsieur du film de genre. L'interview est ici.

Cannibal Holocaust (1980), le film-choc qui ébranla une génération de fans du film de genre

Source : Fangoria

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »