75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Entretien avec Denis Pouchain

Publié il y a 8 ans par Vincent L.

Auteur du jeu de rôle Antheas...

Ancien jeu de rôle amateur, Antheas va connaître les honneurs d'une sortie papier "officielle" sous l'étendard des éditions Icare. En attendant la parution du livre de base, prévu si tout va bien le mois prochain, Denis Pouchain, auteur et créateur du jeu, a accepté de répondre à quelques questions.
Vincent L. : Pourriez-vous vous présenter à ceux de nos lecteurs qui ne savent pas qui vous êtes et ce que vous faites ?
Denis Pouchain : Avec plaisir. Dans la vraie vie, j'ai 34 ans, je suis marié et papa d'un adorable petit garçon. Ingénieur en sécurité informatique, je travaille pour une grande compagnie aérienne. Pour le reste, je suis depuis toujours passionné d'histoire ancienne, de SF et de Fantasy. J'ai appris à lire avec Jules Verne, ça laisse des traces. Fils unique et très solitaire, j'ai passé mon enfance à inventer des mondes et des univers en tentant de les partager par des jeux de plateau de mon invention ou en écrivant des nouvelles (j'en ai encore certaines que je garde jalousement tant j'ai honte de leur naïveté et du style). Puis, un jour, j'ai découvert les livres dont vous êtes le héros et j'ai définitivement basculé. A la fin des années 80, j'ai eu quelques premiers contacts avec le jeu de rôle au collège mais je n'ai réellement commencé à jouer et à maîtriser que bien plus tard, au milieu des années 90, pendant mes années étudiantes. Depuis cette époque, je n'ai eu de cesse que de vouloir écrire et faire partager par le jeu de rôle mes rêveries et les univers que je portais en moi. J'ai commis quelques jeux amateurs (Epix, Multiversalis, Lumaya, Avalonnia, etc.) dont certains, diffusés sur le web, ont laissés quelques souvenirs dans la communauté.
Vincent L. : Pouvez-vous nous décrire ce qu'est l'univers d'Antheas ?
Denis Pouchain : La base d'Antheas est assez simple. Sur une terre proche de la notre, les hommes ont du se réfugier dans les montagnes suite à l'arrivée d'une brume mortelle qui s'est répandue dans les vallées et les plaines. Cette brume est produite par de terribles créatures, les Stryyxs, qui tiennent autant du crustacé que de l'insecte géants. Ils semblent, sans que personne ne comprenne pourquoi, décidés à détruire la race humaine. Mais les choses ne sont pas aussi simples et l'homme étant ce qu'il est des conflits politiques et des guerres secouent les nouvelles cités. C'est un univers sombre où les hommes sont en voie d'extinction et doivent se battre, parfois contre eux-mêmes, pour survivre. L'espoir vient de jeunes enfants qui naissent avec d'étranges pouvoirs. Sont-ils l'avenir ? Pourront-ils arrêter les Stryyxs et sauver les hommes ?
Un Stryyxs

Vincent L. : A quel style de jeu correspond Antheas ? Est on en face d'un jeu héroïque à la Donjons et Dragons ou d'un univers plus sombre à la Elric ?
Denis Pouchain : L'univers est sombre, mais pas au sens d'un Elric, écrasé par le destin, ses doutes et ses démons intérieurs. Ce serait en ce cas bien plus proche d'un jeu héroïque dans la mesure où la situation est critique mais où certains croient toujours en la nature humaine et en cette capacité à se surpasser quand tout semble perdu. Je ne sais plus d'où viens cette citation : « Ils se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment. Tout naturellement ils devinrent des héros » mais cela s'applique parfaitement à Antheas.
Vincent L. : Comment vous est venue l'idée du jeu ?
Denis Pouchain : D'abord par le pitch. J'ai tout de suite visualisé la brume mortelle, les cités du vertige plantées dans la roche au dessus, et cette mer de brume sillonnée par les nefs, ces navires en forme de dirigeable. Ensuite, j'ai voulu y mettre tout ce que j'aime retrouver quand je joue, c'est-à-dire un univers sombre, sans espoir en apparence, pouvant offrir des scènes d'horreur, des enquêtes sur fond de manipulations politiques, des quêtes mystiques, des pouvoirs magiques, un souffle épique, des combats titanesques, de la piraterie ou encore de l'exploration. Le tout est dans une ambiance autant médiévale/renaissance que post-apocalyptique et steampunk. Je sais, présenté comme ça, ça donne l'impression d'un joyeux fourretout. Mais pendant les années qu'on duré l'écriture d'Antheas, je me suis concentré en priorité sur la cohérence de l'ensemble. J'espère que la mayonnaise a pris.
Vincent L. : Quelles ont été vos inspirations pour la genèse de cet univers ?
Denis Pouchain : Voilà la question piège. Elles sont multiples et sûrement inconscientes pour beaucoup. Je suis bien en peine d'en citer de notables tant il m'en vient à l'esprit. D'abord, vivant près de Toulouse, en pays cathare, j'ai toujours été fasciné par ces forteresses du XIIème/XIIIème, perchées sur des pics et des falaises et derniers refuges d'un peuple aux abois. C'est ce qui a donné l'essence de l'Archipel des Cîmes. Ensuite, j'ai pioché dans les écrits et univers de J.Verne, R.Jordan, G.G.Kay, T.Williams ou encore J.R.R. Tolkien un peu de souffle, une vision, une idée, un style ou une manière de voir un monde et d'aborder les choses. Coté cinéma, essentiellement les grands espaces, l'oppression et l'espoir impossible qui transpirent du Seigneur des anneaux et le Règne du feu, Star wars ou Starship Troopers pour certaines thématiques.
Vincent L. : Antheas était tout d'abord un jeu amateur. De quelle manière est-il arrivé chez les Editions Icare ?
Denis Pouchain : Par un long parcours du combattant. J'ai vraiment commencé à écrire Antheas en 2004. Je l'ai rendu public en 2006 où il est resté deux mois seulement disponible sur le web. Pendant ce cours laps de temps, il a été téléchargé plus de 350 fois et quelques personnes, emballées, m'ont suggéré sérieusement de le présenter à un éditeur. Caressant ce rêve depuis longtemps, je me suis laissé tenter. J'en ai contacté plusieurs. Certains ont été intéressés mais remettaient toujours leur réponse définitive à plus tard, en raison de l'état du marché du jeu, etc. J'ai un temps voulu publier moi-même Antheas mais j'ai été dépassé par les questions de droits et la paperasse. J'ai un boulot envahissant et une vie de famille. Écrire est une passion et il ne fallait pas que ça devienne une contrainte. Alors j'ai laissé tombé, fait le concours de la BAP (où j'ai récupéré quelques précieux conseils) puis contacté les Editions Icare dès leur création. L'accueil a été favorable mais le manuscrit a déçu et la publication a été conditionnée à sa réécriture totale. Déprimé, j'ai failli tout arrêter et passer à autre chose. Mais le reste de l'équipe m'a poussé et soutenu, encore une fois, et j'ai réécrit Antheas en ajoutant l'ambiance et le style qui manquaient. Et avec ce nouveau manuscrit et les illustrateurs de qualité qui m'accompagnaient, la réponse a été positive.

Vincent L. : Quelles différences majeures existe t-il entre la version amateur et celle qui va paraitre en janvier ?
Denis Pouchain : Si l'idée de base, le pitch, est restée la même, tout a été remanié et réécrit. Certaines choses ont été retirées et beaucoup d'autres ont été ajoutées. L'univers est bien plus riche et cohérent. L'écriture aussi est totalement différente. Si le premier était plutôt une encyclopédie, le livre qui va paraitre pourrait se lire comme un récit de voyages, l'ouvre d'un certain Hérodon qui nous présente son monde et ses subtilités. Pour finir, le système de jeu est également totalement différent et bien plus éprouvé.
Vincent L. : Parlons justement plus technique, comment fonctionne le système de jeu d'Anthéas ?
Denis Pouchain : Quand je joue ou quand je maitrise, je préfère le roleplay aux systèmes lourds. Je pense que le système d'Antheas permet de gérer tous les styles de jeu et de situation mais qu'il reste suffisamment léger pour laisser quelques latitudes aux meneurs. La base du système est assez simple, les personnages ont des moyens (Puissance, Habileté, Eveil, Résistance) ainsi que des composantes (Physique, Mental, Social) et des compétences. Pour réussir une action, il suffit de faire moins que ses capacités (Moyen + Composante + Compétence avec éventuellement une difficulté) en lançant un D20.
Vincent L. : Qu'en sera t-il du suivi du jeu en terme de suppléments ?
Denis Pouchain : Cela dépendra de l'accueil des joueurs et plus précisément des ventes. Un écran est commencé et quelques pistes de suppléments ou de campagnes sont creusées. Cependant, les Editions Icare ne permettront de concrétiser tout cela que si le livre de base a rencontré son public.

Vincent L. : Sortons de l'univers d'Antheas pour parler du jeu de rôle en général, quel regard portez-vous sur le jeu de rôle actuellement, à la fois comme hobby, mais également comme activité commerciale ?
Denis Pouchain : Ma vision sur le jeu de rôle est partagée. J'ai à la fois l'impression qu'il va bien et mal. Mal parce que depuis les années 90, les joueurs sont vieillissants et se renouvellent peu. Il n'y a plus l'effervescence de joueurs qu'il y avait les dix premières années pour tout un tas de raisons, allant des campagnes anti-JDR qu'on a pu connaître par le passé jusqu'à la concurrence des jeux vidéos. Nombre de maisons d'édition ont mis la clé sous la porte ou se sont reconverties et quelques magazines que l'on pensait éternels ont également disparu. Le jeu de rôle est redevenu confidentiel. Mais je trouve aussi qu'il va bien parce que depuis quelques années, les jeux amateurs foisonnent et qu'ils se font concurrence en qualité et en originalité. Les grands anciens également (D&D, Warhammer, etc.) continuent leur développement avec succès. Je reste donc confiant, le jeu de rôle évolue et ne disparaitra pas. La période « underground » que nous connaissons oblige à revoir les schémas commerciaux mais il semble toujours viable d'arriver à fournir des jeux et suppléments de qualité. Il n'y a qu'à voir le nombre de studios indépendants. Mais il faut faire un constat, le jeu de rôle est plus que jamais un hobby, même pour ceux qui les écrivent. On ne peut pas en vivre. C'est maintenant essentiellement une affaire de passion et c'est là que le schéma économique a changé.
Vincent L. : Quels sont vos projets futurs ?
Denis Pouchain : Je suis un rêveur hyperactif. J'ai toujours des tas de projets dans des domaines très différents, ce qui n'aide malheureusement pas à les finir. Pour ne parler que du jeu de rôle, j'ai des idées d'autres univers mais je vais me consacrer à Antheas pendant quelques temps. Si le succès est au rendez-vous, on pourra poursuivre la gamme et j'ai déjà quelques idées de rebondissements épiques et de campagne. J'ai aussi envie d'écrire un roman dans l'univers Anthéen. Mais là, c'est autrement plus complexe et on verra bien.
Pour en savoir plus : Le site officiel du jeu
Le site des éditions Icare
La fiche SFU d'Antheas

Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie de la SF en rapport avec l'article

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »