75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

NIFFF 2008 : JOUR J - 1

Publié il y a 8 ans par Richard B.

8éme édition du festival suisse dès demain !

La 8ème édition du NIFFF débute demain et réunira de nombreuses personnalités incontournables dans le domaine du cinéma fantastique, de Joe Dante à Hideo Nakata en passant par George Romero et Lamberto Bava. Survol des différents événements à 24 heures de la cérémonie d'ouverture.
Le Japon et l'Italie à l'honneur Le NIFFF explore cette année deux mouvements majeurs de l'histoire du cinéma de genre au travers des rétrospectives consacrées à Nakagawa Nobuo et au Giallo. Pionnier du cinéma fantastique japonais, Nakagawa Nobuo est l'auteur d'une oeuvre prolifique qui encore aujourd'hui a valeur de référence. Revendiquant lui-même cette filiation artistique, Hideo Nakata est cette année l'invité d'honneur du festival. Quant à l'âge d'or du thriller et de l'horreur à l'italienne, il sera dignement représenté par Lamberto Bava, Francesco Barilli et Ruggero Deodato, hôtes de marque du programme Profondo Giallo. Les trois réalisateurs transalpins s'exprimeront notamment lors d'une table ronde qui se tiendra le samedi 5 juillet au Théâtre du Passage.
L'Espagne en force L'Espagne, terre de renouveau dans le domaine du fantastique? C'est certainement ce que laissent supposer les quatre longs-métrages du programme Spain: Land of Fright. Réalisateur de Fragile, Jaume Balagueró sera à Neuchâtel à partir de vendredi pour présenter en avant-première suisse le très attendu [REC] dans le cadre de ce programme spécial. L'Espagne sera également représentée dans la Compétition internationale puisque Isidro Ortiz viendra en personne débusquer les monstres tapis dans le noir avec Eskalofrío. Directeur du Festival de Sitgés, Angel Sala prendra quant à lui part à la conférence Coproduction et cinéma de genre lors de la journée Swiss dimensions.
Les monstres sacrés du NIFFF 2008 Depuis la sortie de Piranha, Joe Dante a constamment redéfini le genre en naviguant entre horreur, comédie et fantastique pur. Son regard aceré, sa maîtrise totale des nombreuses références dans le domaine et son humour décalé font de lui un président idéal pour le Jury international de cette édition. Le cinéaste américain sera assisté par le réalisateur français Xavier Gens, le Norvégien Jens Lien ainsi que par l'écrivain américain Lucius Shepard. Autre invité de prestige, George Romero est de retour à Neuchâtel pour présenter son dernier film, Diary of the Dead, sélectionné dans le cadre de la Compétition internationale. Le Britannique Paul Andrew Williams! sera là quant à lui pour défendre son délirant The Cottage, film horrifico-comique qui concourt également pour le Narcisse du Meilleur film.
Focus sur la création suisse Auteur de films aux titres aussi sulfureux que Le cabaret des filles perverses, le cinéaste culte Jess Franco fait une halte au NIFFF pour présenter un échantillon de sa collaboration avec le producteur suisse Erwin C. Dietrich. Les réalisateurs Peter Volkart, Zoltán Horváth et le duo Cédric Louis & Claude Barras, qui concourrent pour la Compétition SSA/Suissimage seront les dignes représentants du cinéma fantastique suisse actuel. La création suisse est par ailleurs à l'honneur de l'exposition Swiss Design in Hollywood, consacrée notamment à John Howe et Christian Lorenz Scheurer qui seront présents mercredi lors du vernissage.

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »