75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Martyrs : Sauvons le film des censeurs !

Publié il y a 8 ans par Richard B.

Une pétition circule !

Le site belge cinemafantastique vient de prendre l'initiative de lancer une pétition afin que les spectateurs puissent découvrir dans les bonnes conditions le film de Pascal Laugier.
Martyrs qui devait sortir le 18 juin 2007 s'est vu repoussé, voire annulé suite à une interdiction au moins de 18 ans de la commission des classifications des œuvres cinématographique française. Une Commission de plus en plus coincée du « ... » qui ne laisse aucune chance à des projets qui essaient de sortir des sentiers battus.
Il faut être honnête et arrêter de mettre des oeillères, les adolescents regardent des films provocants avec ou sans censure, s'ils ne peuvent le voir en salle ils le téléchargeront (ce qui permettra encore moins de soutenir la diversité du cinéma en France).
Alors plus que jamais il est important que le public qui aime la diversité dans le cinéma se mobilise, sinon les années qui arrivent ne permettront de voir en salle que des films fabriqués pour la masse du type « Bienvenue chez les Ch'tis (pauvre de nous) ».
> Cliquez ici pour soutenir la distribution de Martyrs

Source : cinemafantastique.be

Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie de la SF en rapport avec l'article

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

  • Il n'y a aucune censure là-dedans, mais une classification d'un comité indépendant, comme pour absolument tous les films. Il suffit de voir John Rambo et sa classification - 12 pour voir à quel point on vit dans un pays de censure. Sic.
    Galactus, le 10 juin 2008 19:59
  • La Commission de Classification du CNC n'est certes pas le CSA, leurs membres ne sont donc pas nommés par l'état. Cependant, on ne peut pas vraiment les désigner comme "indépendants" au regard de l'origine de leurs soutiens (le ministère de la culture) ;)

    Pour parler plus sérieusement, ce que veut dire Richard, je pense, c'est que les membres de la commission savent pertinament que classifié Martyr en interdit aux moins de 18 ans condamme le film etant donné que nombre de distributeurs ont décidé de ne plus distribuer des -18 et UGC a meme décidé d'arreter de distribuer des -16
    Alors, oui, je trouve que c'est en quelque sorte une forme de censure.

    Par contre, en ce qui concerne Rambo, le niveau de violence graphique justifie tout à fait, amha, la classification -12, et même, comme je pense que tu le laisse entendre, c'est plutot gentil.

    Comme quoi tout ça est très subjectif, mais au final, c'est le film de genre qui trinque :)
    Nicolas L, le 10 juin 2008 20:54
  • Depuis quelques années, on parle d'audace et de provocation lorsque des films de genre se contentent d'aligner les séquences de boucheries au fil de scénarii minables. L'hypocrisie ne se situe pas seulement du côté de la commission de censure, comme en témoigne la récente promotion de "Frontière(s)". "Martyrs" est en train de bâtir sa pub sur la violence de son contenu, tout comme "A l'intérieur" l'année dernière. "Martyrs" n'a tout simplement rien d'autre à vendre, à l'instar de ses prédécesseurs. Aussi, cette histoire de censure et de pétition est tout bénef pour un film qui n'a rien à offrir, et le rédacteur Richard B., avec son intervention enflammé, ne fait que participer au buzz créé pour le film de Laugier. Le film de genre ne souffre pas des décisions de la censure, mais de la multiplication de ce type de production qui n'ont d'autre ambition que d'écoeurer le spectateur, qui confondent trouille (suspense) et dégoût, audace et effusion de sang. Franchement, "Martyrs" n'est pas à plaindre. Il joue sa partie avec ses faibles moyens, c'est tout.
    Hal 9000, le 14 juin 2008 14:00
  • Je ne suis pas sûr que la violence soit vendeuse hormis si tu portes le titre "saw". Le cinéma a pour but de se diversifier et offrir un maximum de choix. Je peux autant prendre mon pied sur un film innocent comme les Goonies ou encore la légende de Thirabitia qu'un film comme à l'intérieur ou Brain Dead. Ce que j'aime dans le cinéma c'est voir différents genres et même dans dans un même registre (l’horreur) j’apprécie autant la violence saignante de frayeur ou l'ambiance simple d’Hypnose. La commission des classifications des oeuvres cinématographiques française prend le chemin de la censure américaine qui dicte aux gens ce qu’ils doivent voir ou pas. La passion du Christ(interdit aux 12 ans) est-il moins violent qu’à l'intérieur (16 ans ?) pas sûr !

    Martyr, profite peut-être de cette renommée de la violence, il n’en reste pas moins qu’il a droit à sa chance comme tout autre long-métrage. Jusqu’à preuve du contraire c’est le spectateur qui devrait choisir qu’elle film il veut voir ou pas, ou si moins de 18 ans, cela devait être à la responsabilité des parents, mais pas d’une commission !

    Richard B., le 14 juin 2008 14:46
  • Mon intervention était en réaction à l'article qui présentait "Martyrs" comme une victime de la censure. Et je continue à penser qu'il n'en est pas une. Par ailleurs, plusieurs questions interpellent. Est-ce que la violence fait vendre ? Bien sûr ! Cela se vérifie partout, aussi bien dans la presse , à la télé et au cinéma. Des films tels que "Saw", mais aussi "A l'intérieur", "Frontière(s)", "Hostel", "La colline a des yeux", et bientôt "Mutants" et le prochain Gens, ont construits leur campagne de pub sur l'extrême violence du contenu. L'affiche de "Frontière(s)" est parfaitement limpide : elle promet des séquences absolument horribles. La collection "extreme" de Dimension annonce elle aussi très clairement la couleur. D'ailleurs, eu égard leur budget et leur renommée, ces films font exactement le nombre d'entrée qu'ils doivent faire en salle. La comparaison avec "La passion du Christ" est intéressante car le métrage de Gibson a bénéficié d'une polémique, mais celle-ci se portait sur son contenu. Eh oui ! Le fond et la forme, encore et toujours. Il ne s'agit pas ici de dire que tel film est meilleur qu'un autre, non. D'un côté, nous avons un emballage : gore, blood and guts. De l'autre : une thématique (discutable selon certains). Est-ce que "Martyrs" a une chance d'exister ? Bien sûr que oui ! Déjà, le film s'est monté. Il a été financé et tourné, ce qui laisse à penser que la violence du traitement était un argument en sa faveur. Ensuite, sa confrontation houleuse avec la commission de censure lui assure une publicité gratuite et bienvenue. Eh oui, "Martyrs" est un film qui vise au grand maximum 150 000 entrées en France. Il les fera, ou s'en approchera, justement grâce à la promesse de sensations fortes, ceci en dépit de la piètre opinion que le fan du genre peut avoir de Laugier après la belle escroquerie intitulé "Saint Ange". A qui appartient la responsabilité d'aller voir tel ou tel film ? Comme cela a été souligné : les films sont téléchargés, ils sont disponibles ensuite en vidéo, puis ils passent sur C+. "Martyrs" trouvera parfaitement son public. De plus, il faut savoir que le marché de seconde main (la vidéo et le PPV) sont beaucoup plus rentables pour ce type de film d'horreur que la distribution en salles. En fait, sur la ligne de départ, "Martyrs" a dix fois plus de chance d'exister que le "Lady Chatterley" de Pascale Ferran. La censure est un mal nécessaire qui permet de se donner bonne conscience. De plus, les critères de jugement ne portent pas essentiellement sur la violence graphique du film, mais aussi sur son impact psychologique. Il est évident que l'explosion du jeu vidéo depuis 10 ans a facilité la vie de "John Rambo", qui aurait été probablement interdit aux moins de 18 (16) ans il y a une vingtaine d'années (comme "Zombie"). De même, lors de leur sortie dans les années 80, "Poltergeist" et "Mad Max" étaient interdits aux moins de 18 ans, et il est quasi certain que ces films seraient affublés aujourd'hui d'une simple interdiction aux moins de 12 ans, voire d'un avertissement (tout comme "Vendredi 13" serait descendu de -18 à -12). Aussi, il semblerait que le comité a plutôt desserré les sphincters et lâché la bride. Enfin, est-il nécessaire de tout montrer ? Non. Le film de Laugier doit pouvoir tenir la route avec quelques coupes légères. Si ce n'est pas le cas, c'est que quelque chose ne fonctionne pas...
    Hal 9000, le 15 juin 2008 10:57
  • Cher Hal 9000, qui êtes-vous pour penser pouvoir décider de ce qui est bon ou non pour le public? Qui êtes-vous pour juger des goûts (et des dégoûts) des spectateurs? Visiblement, vous jugez la qualité d'un film à l'aune de vos propres goûts et c'est tout à fait respectable. Mais de grâce, n'assénez pas une leçon d'économie cinématographique quand il s'agit de défendre la liberté d'expression. Car dans l'affaire Martyrs, il s'agit en effet de cela et non de logique comptable qui n'est que le pendant de cette malheureuse affaire.

    Je n'ai pas vu Martyrs et ne jugerai pas de ses qualités. Néanmoins, il est inquiétant de voir que des films pas vraiment plus gore, ni sales, ni dérangeant que certaines productions plus "mainstream" soient pointées du doigt et mise à l'amende. N'est-ce pas là une belle hypocrisie de la part d'une société qui veut soigner la façade et remiser les œuvres "autres" hors du champ de vision d'un public qui consomme plus de produits aseptisés que d'œuvres fortes et audacieuses? N'est-il pas temps de faire confiance au public et de le laisser choisir? Si le film est bon, il fera des entrées (ce que l'interdiction au moins de 18 ans vient parasiter). S'il ne l'est pas, il se vautrera au box-office et sombrera dans l'oubli (je pense au pitoyable Baise-moi qui, même s'il n'avait bénéficié de la même interdiction, se serait planté tellement il était mauvais).

    Justifier l'interdiction en argumentant ainsi (le film sera quand même diffusé et trouvera son (maigre) public malgré l'interdiction) n'est qu'une manière d'ignorer la part artistique du problème. Si, dès qu'un film de genre un peu radical pointe le bout de sa pellicule, on saborde son exploitation à l'aide d'arguments des plus douteux et des plus hypocrites (protégeons nos têtes blondes de la vilaine violence fictive de certains films qui pourrait les pousser à devenir des psychopathes en puissance), n'est-on pas appelés à systématiser ce genre de censure et, au final, à mettre le genre horrifique, déjà sévèrement moribond, dans un ghetto plus sévère encore? Va-t on faire comme en Allemagne et en Angleterre, où les films de genre sont coupés, mutilés pour des raisons d'ordre morale qui n'ont pas lieu d'être dans le domaine de la création et de l'exploitation cinématographique?

    Faut-il légitimer le jugement de commissions dont les membres, la plupart du temps ne connaissent rien au cinéma?

    Faut-il réintroduire la part morale et religieuse dans le jugement cinématographique en permettant, tant qu'on y est, que des émissaires de l'église imposent leur avis comme cela se pratiquait il y a 30 ans?

    En poussant la tolérance jusqu'au bout, interdisons aussi les œuvres malsaines du Marquis de Sade (et le film de Pasolini au passage), la décadence d'un Orange Mécanique à l'immoralité des plus dangereuses, la dérive sécuritaire des films policiers et d'action américains de ces 30 dernières années, et tout artiste déviant qui n'est pas dans la ligne du parti moral et bien-pensant.

    Oui, on peut faire ça aussi. Et régresser.

    Visiblement, quand il s'agit de liberté d'expression artistique, les culs-bénits trouvent toujours de brave petits soldats pour partir en croisade et censurer.

    Appelons un chat, un chat, voulez-vous. On est dans une expression délibérée de censure avec l'affaire Martyrs, quel qu'en soit le détail.

    Le nier est une forme soit de mauvaise foi, soit d'aveuglement.




    Nekromantik, le 16 août 2008 18:01
  • Faire passer une video de sadisme pour de l'art cinemato c'est se foutre du monde, c'est une honte, de la provocation, une offense, une insulte à l'humanité elle-même.
    je ne trouve pas les mots suffisamment forts. pour ceux qui ont posé les avis dans la fiche du film et dont les quelques notes sont toutes bonnes, j'en ai plein de qualificatifs, et ce sont tous des insultes ! et que personne n'ose me dire qu'on a le droit d'avoir son avis ou que c'est à prendre au 2e, 3e, etc. degré.
    ceux qui ont noté ce film et pire, ceux qui ont encensé le réalisateur, sont soit des adolescents en mal de sensation soit de dangereux malades mentaux à vite enfermer. il en est de même pour tous ceux qui ont participé à ce film, acteurs inclus.
    il y a quand même une question grave : comment ce film a t il pu etre autorisé ? certaines scènes de films sont censurées pour leur caractère sexuelle et là l'ordure qu'est ce film est autorisée ? comment ce film a t il trouvé des producteurs ? les producteurs ne lisent donc pas les scenarii ? il y a eu tout un foin, à juste titre, sur la scène précise et longue des souffrances de Jesus dans le film de Mel Gibson, et cette pourriture de film ne lance aucun débat publique ? c'est peut être qu'il est passé inaperçu et alors tant mieux.
    pour ceux qui ne l'ont pas vu je vous le raconte : le début est plutôt bien pour un film français, c'est l'histoire d'évasions / détentions façon le fumier de Marc Dutrou ou de l'ordure autrichienne qui détenait Melle Kampusch, et tout d'un coup ça change d'aspect avec une nouvelle intrigue, et c'est toujours bien même très bien, SAUF que pendant environ 20 min on vous montre crument, froidement, violemment, comment avilir, rabaisser, réduire un être humain !!!!!
    c'est un manuel pour nazis et communistes !!! et ça finit en beauté puisqu'on écorche ... vivant ... un être humain ... et on le montre longuement !!!!!
    sans ces 20 min ce film aurait été pertinent là il est SEULEMENT une ordure, un torchon. ces 20 min sont un simple misérable clip de snuff movie. la violence n'est pas "grave" dans un film si elle n'implique pas de sadisme. tous ceux qui se croient intelligents en sortant des avis "hautement culturels" sont des imbéciles de bas étage !
    si vous connaissez des gens qui ont aimé ce film prenez vite vos distances et faites les vite soigner : comprenez bien, ça veut dire que ces ordures là AIMENT, je répète, AIMENT ou au moins admirent, torturer, faire souffrir, leurs congénères (et que ça ne se limite pas à insulter ou gifler) !!!!!
    aux pauvres idiots qui ont laissé des avis plus que flatteurs, je vous le dis, faites vous soigner, et sachez qu'il n'y a RIEN de grand dans ce film. je ne comprends pas que vous le qualifiez de gore, il n'est pas gore il est odieux, il n'y a pas de moral et le soit disant intérêt / justificatif à torturer des êtres humains n'est même pas correctement exploité !!! j'ai vu wolfcreek, la passion du christ, et le film des riches payent pour torturer des gens en europe de l'est (titre oublié) mais ils sont acceptables car ils ont une morale et une histoire.
    ne vous prenez pas pour des cerveaux, des intellectuels, vous êtes seulement des déchets et vos avis insultent les Hommes qui ont connu et qui connaissent encore les camps de travail, d'extermination, de rééducation, etc. partout dans le monde et à toutes les époques !!!!
    vous êtes les mêmes parasites que youssouf fofanah et sa bande, qui a plusieurs et pendant plusieurs jours, ont toturé un être humain sans jamais faiblir.

    Scifidelta, le 11 mai 2009 20:58
  • J'ai aimé ce film. Voilà tu peux prendre tes distances! Je te trouves bien présomptueux de me juger donc de malade psychotique ou d'idiot. Tu as vu dans Martyrs quelque chose qui te donnait envie d'avilir ou torturer ? Moi pas, j'y ai vu de l'horreur pure et de l'insoutenable. Une violence froide et désincarnée qui condamne sans te fournir un sous texte pour te guider dans ta réflexion (le réalisateur prenant le pari que le spectateur n'est pas un crétin...enfin quoique le spectateur parfois...). Si la violence était magnifiée, avec effet de style et montrer "cool", je comprendrais ! Ici, il n'en est RIEN. Si tu l'as ressenti comme telle, je serai d'avis que tu fasses attention psychologiquement à l'avenir. Tu es bien prompt à parler de la Passion du Christ qui ,lui, montre en quoi Jésus a été tortuté, qu'il est donc le Martyr qui s'est sacrifié, et que ce sont les méchants juifs qui l'ont tués! Tout ça sur la foi d'un livre dont personne ne peux authentifier la réalité. Personnellement, ça me choque bien plus qu'un film comme Martyrs. Celui-ci reste avant tout un film d'horreur avec un grand H et sous plusieurs composantes, il est, oui ,un des films français les plus couillus et les mieux conçus depuis un bout. Après, je suis d'accord avec toi sur un point, je l'aurais classé interdit Au moins de 18 ans. Le reste n'a aucune raison d'être. Mais je restes toujours pantois devant les gens qui condamne et stigmatiss tout un groupe de personne devant un film qui ne fait que nous dire "Notre société est ultra-violente, ouvrez les yeux, secouez-vous", et qui nous montre son horreur jusqu'à nous en écœurer totalement (Enfin c'est ce que ça m'a fait...), mais qui ne bronche pas devant le journal de 13h. Maintenant, excuse moi mais le psychopathe parasite dégénéré va aller reprendre ses révisions de médecine.
    Nicolas W., le 12 mai 2009 00:26