75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Rencontre @vec...Patrice Woolley

Publié il y a 9 ans par Lucie M.

Bienvenu dans le Necronomicon - éditions Kymera

Necronomicon de Patrice Woolley vient de paraître aux éditions Kymera. Cette œuvre graphique est décidément atypique de par sa confection et de par l'imagination débordante de son créateur Patrice Woolley. C’est indubitablement une œuvre graphique à découvrir ! Nous avons eu l’occasion de pouvoir nous entretenir par mail avec Patrice Woolley qui nous explique comment il a réussi à retranscrire le voyage déplaisant d’un homme projeté dans un ouvrage légendaire qu’est le Necronomicon.
Patrice Woolley sera d'ailleurs en séance de dédicaces le dimanche 9 décembre à la FNAC de Monaco à partir de 15h00.


-Pourrais-tu te présenter aux internautes de Scifi-Universe ? Ton parcours, une mini bio…
Mon parcours est des plus chaotiques. Mais dans le chaos on trouve toujours une voie, pas forcément la meilleure, mais en tout cas celle qui semble nous convenir. Mon chaos à moi c'était la vie elle-même. J'ai trouvé très tôt la SF, le fantastique. Mais d'abord la SF. Les comics, Strange et compagnie, quelques romans, dont un qui m'a marqué a l'époque, Les hommes molécules de je ne sais plus qui. Dune, qui m'est tombé des mains! Mais dont j'ai adoré l'adaptation splendide en 2004 faite par une chaîne TV américaine! Je vous la conseille!
Chaos donc aussi dans la SF! Je passais du coq à l'âne, puis sont venus les films ! J'ai pratiquement tout vu en SF, je crois!! en parallèle, Druillet m'est tombé dessus. 2001,l'odyssée de l'espace ; Druillet, Giger, ça marquent forcément. Puis on évolue. Théâtre, où je découvre les joies du narcissisme et l'envers du décor... l'art de se grimer, et de la, bizarrement, un attrait pour le fantastique, l'étrange, le décalé, que je n'avais pas auparavant. La SF était pour moi source d'évasion, mais trop « propre » quelque part, le fantastique est plus sale, plus dérangeant. Je m'aperçois que cela me correspond mieux. Ce que je cherchais c'était l'évasion totale !
J'ai commencé par faire des bds de SF, beaucoup! Souvent la même ! Je l'ai toujours dans mes cartons, je la ferai un jour. Style space opera, mais je ne suis pas prêt! C'est une série de 5 albums! Lovecraft se trouve quelque part le dedans, entre Druillet, le théâtre, les poètes que j'ai aimé et la musique! Pour faire court (il serait temps!), j'ai été décorateur, régisseur, comédien, chanteur et je me suis remis à la BD à 38 ans! Avec Ténèbres, préface de Jan Kounen (quelqu'un qui voulait faire de la bd et qui fait des films!), et maintenant Necronomicon! Entre-temps j'ai réalisé Jafar et Crocs (encore non publiés).
-Comment s’est déroulée ta collaboration avec les éditions Kymera ?
Le plus naturellement du monde, vous envoyez Necronomicon par mail, ils vous répondent assez vite, vous disent que ça leur plaît, puis vous rectifiez deux, trois choses ; la couverture (l'ancienne était pas assez commerciale a leur goût, ce que je comprends complètement, même si je me suis « battu » pour la conserver, servant a mon sens mieux le propos, mais c'est eux les éditeurs et je leur fais confiance) et les polices de caractères dont le nombre différent étaient affolant, mais j'en ai sucré quelques-unes. Jusqu'au bout, ils sont là. Merci à Éric et David. Faut du courage pour sortir Necronomicon!
C’était une évidence pour toi que de te faire éditer par cette maison d’édition de bandes dessinées assez atypiques ?
Aucune évidence ! Je connaissais ce qu'ils faisaient, mais n'avais jamais rien envoyé, car je pensais qu'ils ne faisaient que du comics étranger (redondance ?). Quand je dessine, je dessine l'album, et quand il est fini, je le propose. J'essaye de cibler mes choix, non par importance de la maison, mais par la pertinence de leur catalogue, du moins pour les premiers envois ! J'aime bien Kyméra, Carabas, Akiléos, Mosquito et quelques autres... on s'aperçoit très vite que ce sont les petites structures qui prennent les plus grands risques artistiques, alors que cela devrait être dévolu aux grandes majors qui elles ont les reins solides pour défendre et publier des choses plus difficiles ! Mais non ! De plus, ils répondent difficilement, quand ils répondent.
De plus, Nécronomicon inaugure chez Kymera sa toute première publication d’une création française et une nouvelle collection du nom de Kymera créa’. Que ressens-tu par rapport à toutes ces nouvelles choses qui débutent ?
J'espère juste leur porter chance! Je ne savais pas qu'ils débutaient une nouvelle collection, ça a été la surprise ! J'ai une responsabilité morale quelque part... je ne voudrais pas que la collection créa’ se plante à cause de moi!
-Qu’est-ce qui t’a donné l’envie de réaliser Necronomicon ? Le déclic ?
Ça devait germer depuis des lustres en moi. En fait, en relisant la préface de Jan pour Ténèbres où il mentionne le Necronomicon dont j'en ai eu l'idée et surtout l'envie ! Et puis je voulais trouver un sujet hors-norme pour aller plus loin graphiquement que dans Ténèbres.
-Tu t’étais donné quel(s) mot(s) d’ordre au niveau de l’élaboration de ton scénario ?
L'idée était simple, donnez au lecteur l'impression qu'il a vraiment le Necronomicon dans les mains ! D'où la première couverture très abstraite ! Puis je savais que je voulais que des doubles pages! Et jouer avec la typo! Pour l'essentiel.
-Pourrais-tu nous présenter ton œuvre avec tes propres mots ? Un petit « pitch » personnel ?
Un homme a trouvé un livre, c'est le Necronomicon. Il ouvre, et est avalé littéralement par celui-ci. Il arrive dans un décor gluant et abstrait, fait de viande, de glaire et autres joyeusetés... il va essayer d'en sortir, aider ou non par quelques habitants du livre...
-Ton œuvre graphique, Nécronomicon, s’inspire, bien évidemment, du Mythe de Cthulhu de Lovecraft, mais on décèle également une autre source d’inspiration plus ancrée dans l’horreur contemporaine en particulier celle de Clive Barker ou plutôt précisément on dirait que tu t’inspires de l’un des thèmes récurrents de Barker : celui de la souffrance de la chair qui est un accomplissement vers le plaisir ?
La souffrance de la chair vers le plaisir, c'est Sade aussi! Avant Clive Barker. Mais je ne suis pas sadique, et Clive Barker, dont j'adore certaines visions n'est pas mon inspirateur. Pour la simple et bonne raison, que si je connais un peu son oeuvre filmique, j'ai jamais pu en voir un! Je n'aime pas le gore, au sens où j'ai du mal à regarder !!! Aussi fantastique soit-il!! et on rit pas !!! j'ai du mal avec le gore des autres!.... Je sais, c'est bizarre!
-T’es-tu également inspiré des œuvres de Clive Barker ?
Franchement non! J'ai vraiment puisé dans mes neurones... et de plus je cherche le rapport. Son gore est beaucoup plus théâtralisé ! Magnifié, le mien est plus organique, plus sale je crois.
-Clive Barker est également peintre. Que penses-tu de son travail graphique ?
J'ai vu des tableaux de lui qu'il fait assez vite en plus, assez bluffant et attirant. Un côté naïf gore! Un genre nouveau ! J'ai vu dernièrement des dessins de David Lynch, j'ai trouvé des concordances. Une sorte d'enfance dans le dessin, une innocence d'adulte ! Clive Barker est un peu comme Dave MacKean dans un autre registre, ce sont des artistes pour qui un seul médium ne suffit pas! Leurs idées passent par des prismes différents et ils ont besoin de les identifier de diverses façons. Ce que je comprends et encourage chez n'importe quel artiste ! Pourquoi se cantonner à la BD ? Au film ? Un artiste, c'est avant tout un faiseur d'histoires, après à lui de trouver la meilleure manière de la concrétiser.
-Mais revenons-en à Lovecraft et à ses écrits. Es-tu un fervent admirateur de cet écrivain ?
Ni fervent, ni admirateur! l'Admiration est souvent béate et c'est pas mon credo! J'aime l'écrivain, les mots et les sensations qu'ils me procurent, j'aime son côté créatif pur ! On a pas fait mieux encore dans ce genre, car Lovecraft est un genre en soi ! sa vie est intéressante aussi, mais j'aime pas l'homme.
-Pourrais-tu nous expliquer ton procédé de création ? Ça commence par beaucoup de café!!! puis de recherches de photos, d'illustrations, de textures. Je me confectionne un catalogue d'images que je peux consulter, regarder. Ça dure des semaines. Puis après ça va assez vite. Les images arrivent, à flots. J'ai fait les textes pour beaucoup à l'avance, pour d'autres sur le moment... les images commandent.
-Quels logiciels as-tu utilisé ?
Poser pour le personnage central, Photostop pour tout le reste. Rien d'autre au niveau logiciels.
-D’un avis personnel, on dirait du photo montage par moment avec l’utilisation de photos et de dessins, mais également d’une petite statue en patte à modeler qui représente le personnage principal ? Non, c'est un personnage 3D. Son côté patte à modeler vient du fait que je salis l'image et le bonhomme en même temps. Je ne laisse pas la 3D pure. Aucun intérêt. Pour les autres personnages, ce sont des photos de ma fille, de ma femme, d'une amie et de moi-même, intégré dans la BD. Tous les autres personnages sont en 3D. À part quelques monstres. On peut appeler ça du photo montage puisqu'il y a beaucoup de photo retouchée ; il y a de la viande, des sexes, des yeux malades, des plaies de chirurgie...
-Tu as mis combien de temps pour réaliser cet album graphique ?
Je sais plus trop. En condensé, 7 mois peut-être, purement travail technique de montage. L'écriture et la gestation a pris 2 mois, et puis je fais pas que ça non plus !
-Tu ne façonnes pas les différentes déités Cthulhuienne, présentes dans ton album, comme nous avons l’habitude de les voir représentées. Dans ton album pas de monstrueux poulpes géants, mais plutôt des créatures qui s’apparentent plus à des insectes. Tu t’es servie de quel type d’insectes ?
Haha!.... Pas d'insectes ! Des poissons des abysses ! Pour le coté poulpe, il y a quelques tentacules qui se promènent, mais j'ai pas voulu forcer le trait du bestiaire habituel, j'ai même lutté contre. Yog à la fin est composé de textures fractales, de phares de voiture et de mâchoires de requins ! La dernière créature à la gueule ouverte d'un hippopotame ! Tout dépend de ce que tu isoles dans une photo ou un dessin ; tu peux changer sa nature ou sa forme d'un simple cadrage ou par immersion dans un environnement très différent.
-Comment t’es venue l’idée de prendre en modèle des petites créatures, insignifiantes par leur taille, pour façonner les grands anciens ? Bien sûr, cette remarque est tout à fait personnelle et je peux me tromper !
Tu t'es trompée !! à moitié. Ce ne sont pas des petites créatures, mais des morceaux de choses diverses. Le seul moyen de représenter l'innommable, le non décrit, c'est de partir dans l'abstrait. Pas évident, mais jouissif !
-Le ton de l’album est totalement sombre et sans issu. La fin laisse le lecteur sur les rotules et chaque page tournée est dérangeante. Désirais-tu réellement mettre la pression au lecteur ?
Oui. Je voulais une sensation de malaise et de culpabilité. Faire participer le lecteur. Visiblement pour l'instant ça marche.
-Et surtout désirais-tu plus que tout que ta création penche implicitement dans l’horreur ?
Implicitement non, je ne crois pas. Je vois pas ça si horrible que ça. Mais j'ai baigné dedans, je n'ai pas de recul sur l'impact d'un de mes dessins sur un lecteur. Pour certains, ça sera peut-être pas assez horrible. Je dirai que c'est plus dérangeant qu'horrible. Une tête coupée c'est horrible. une impression de gluante constant, de vermine qui grouille, d'odeurs, ça c'est dérangeant sur la durée... et puis n'oublions pas que c'est le Necronomicon, pas les Teletubbies à Halloween !
-N’as-tu pas peur que le lecteur lambda n’accroche pas au traitement graphique de ton histoire ?
Je m'en contrefous. Le lecteur lambda doit évoluer s'il ne veut pas rester lambda. Je ne fais pas ça pour un style de public particulier. Je fais ça pour celui qui pourra comprendre, culturellement, émotionnellement... il est évident qu'un type habitué a des bds plus conventionnels, qui ne connaîtraient pas Lovecraft, et qui tombe sur Necronomicon, ça va lui faire un choc!!! mais je pense que dans la vie, l'art doit éduquer, faire évoluer... j'ai mis du temps pour apprécier Hugo Pratt, mais j'ai fait l'effort ! Même chose pour Magma... 2001, quand je l'ai vu, j'ai pas tout compris, ça n'empêche que maintenant non seulement j'ai compris, mais qu'en plus je suis content d'avoir fait l'effort ! Le lecteur lambda ne fait peut-être plus assez d'effort. À l'époque où Druillet sortait régulièrement des albums, des lecteurs se plaignaient de devoir tourner les albums dans tous les sens. La facilité c'est l'ennemi de l'art. Faut-il garder une norme pour, plaire ? Si c'est le cas, l'art est mort et la BD ne sera jamais un art majeur !
-Que pourra-t-on te souhaiter pour l’avenir ?
De raconter d'autres histoires...
-Pourrais-tu nous parler de tes projets en cours ?
Houla..... heu oui... en BD: continuer a démarché Jafar et Crocs, 2 bd finies. Finir celles en cours : Caligula et Tolac. Commencer à réfléchir sur mon adaptation de Frankenstein, et sur un projet un peu fou de narration libre, mais un conte original, qui finit bien!!!!!! ça me changera. À coté, continuer à travailler à une série TV (mais chut!) et démarcher mon scénario de film de SF... et continuer ce putain de roman commencé il y a 2 ans !!! ha oui, et dormir un peu.
Un portrait chinois pour conclure cette série de questions ?
Aie !
Si tu étais :
- Un Livre : L'Étranger de Camus. Tout sauf la bible en tout cas! - Un Mot : liberté -une phrase : "Les grands plaisirs, dans tous les arts, ne sont que pour les connaisseurs" Voltaire - Un Film : y en a deux! Eraserhead, pour son absolu beauté formelle et: Beaucoup de bruit pour rien, de kenneth brannagh (pour shakespeare) pour la patate que me met ce film a chaque fois que je le vois... tu es déprimé? Regarde ce film!!! - Une Chanson : Imagine de Lennon - Un Objet : un lit. Qui l'a inventé, que je l'embrasse!!! - Un Animal : un chat - Une Couleur : rouge - Une émotion : la mélancolie - Une fin : tranquille...



» Lire la chronique: "Le Livre est ouvert…On a ouvert le Livre…Ouvert est le Livre"

Source : SFU

Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie de la SF en rapport avec l'article

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

  • Retrouvez la preview de Necronomicon sur digiBiDi : http://www.digibidi.com/comics/necronomicon
    Daniel, le 21 avril 2009 12:10