75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

GAME in Paris 2

Publié il y a 10 ans par David Q.

Notre avis sur cette deuxième édition

Samedi 4 et Dimanche 5 mars 2006 s'est tenue la deuxième édition du salon Game in Paris à la Cité des Sciences et de l'Industrie de la Villette.
Pour cette deuxième édition, qui arrive 6 mois après la première où nous étions aussi, les organisateurs ont essayés d'apprendre de leurs erreurs passées pour nous proposer un salon plus proche de nos attentes. C'était certes un peu mieux du coté jeux grâce à un espace plus optimisé et à une foule plus grande - merci les tournois - mais du coté manga, on pouvait remarquer la désertion de plusieurs stands d'éditeurs qui n'ont pas du y trouver leur compte la dernière fois. Il faut dire que les prix pratiqués sur place n'étaient pas spécialement attrayants là ou la signature d'un auteur peut faire la différence - comme la présence des auteurs français de la Sentaï School éditée par Kami. Vu le prix d'entrée, il faut pouvoir rentabiliser sa place, c'était possible en allant du coté des salles de projection pour voir les OAV de Dragon Ball Z qui fêtait ses 25 ans d'existence. Bon d'accord ce ne sont pas non plus des films de toute fraîcheur et la plupart du public avertit les a déjà vu, mais c'était un bon début pour passer un agréable moment sur le salon.

Par contre, il fallait vraiment éviter le quizz sur les génériques de séries qui se déroulait dans l'une des salles du sous-sol. Même s'il y avait l'équipe de la GameZone de GameOne, c'était pathétique à souhait avec un animateur cucul qui remplaçait les paroles par des "tupuducu". Hallucinant qu'autant de personnes soient restés plus de cinq minutes sans se faire chier à regarder ces conneries tout en sachant qu'ils ont payés en partie pour voir ça, enfin chacun ses goûts.

Ensuite, vous pouviez remonter à l'espace jeux - la séparation des deux espaces est toujours aussi peu pratique et mal indiquée - pour participer aux tournois, tâter de la manette sur les nouveautés de Capcom ou des "oldies but goodies" comme Street Fighter II. On pouvait aussi s'asseoir librement à une table et y découvrir un jeu de rôle ou de carte grâce à l'aide de nombreux maîtres de jeux. Franchement c'est l'un des points les plus positifs du salon et qui vaut vraiment le détour. En ce moment le monde du jeu évolue et les éditeurs tentent de convaincre le grand public avec leurs différents jeux et c'était l'occasion idéale pour se laisser convaincre. La Fédération Française des Jeux de Rôle Grandeur Nature (FédéGN) faisait des démos de combats et vous permettait d'en essayer alors qu'à coté on s'adonnait à des combats plus stratégiques pour assiéger un château fort.

Pour conclure, le salon GAME in Paris pourrait vraiment percer s'il se concentrait sur un sujet et non pas sur deux thèmes si distincts qui font forcément des mécontents sur l'une des parties. Nous conseillons d'ailleurs aux organisateurs d'essayer de percer du coté des jeux sur la prochaine édition pour garder le nom de l'évènement et ne pas se frotter à Japan'Expo qui sera de retour cette année. Ca pourrait etre super sympa de faire revivre le Super Games Show, disparu il y a quelques années et de donner sa place aux jeux de rôle, carte et wargames à figurines.

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »