75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

World of Warcraft débarque autour d’une table

Publié il y a 10 ans par Nicolas L.

Pizzas, bières, et vrais potes dans les tavernes de Booty Bay

Il n’est pas prévu, dans l’immédiat, de traiter sur SFU de jeux de rôles papier non disponibles en langues française, mais là, je me dois de faire circuler l’information.
Distribué par France par la société Hexagonal (Vampire, dont je n vais pas tarder à vous parler…), le jeu de rôle World of Warcraft est disponible sur notre territoire.
Le plus drôle, c’est que cette règle de jeu est basée sur le système D&D 3 et reste complètement compatibles avec la première. Pour ne pas l’avoir testée, je ne peux donc pas vous dire comment ils ont résolus les spécificités propres à chaque jeu, comme la classe d’armure ou la résolution des sorts.
Entre nous, ce qui pue à cent lieues une pure opération marketing va peut-être avoir un avantage ; la nécessité de construire un background, pour le moment rachitique. Qui sera ensuite peut-être reporté sur le jeu Online ? Croisons les doigts…
Sachez également qu’un add-on (euh… pardon, un supplément) est disponible, il s’appelle More Magic & Mayhem, et propose plein de nouveaux sorts et de nouveaux objets pour vos héros.

Consulter la source de l'article

Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie de la SF en rapport avec l'article

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »