75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Cela ne reste qu'un jeu!

Publié il y a 11 ans par Pivwan

Réalité, virtualité, quelle est la frontière à ne pas franchir?

Tué pour avoir vendu un sabre virtuel: telle est la mésaventure dont fut victime un jeune chinois de 26 ans, Zhu Caoyuan, pour avoir vendu sur eBay un sabre du jeu Legend of Mir 3. Sauf que le sabre ne lui "appartenait" pas. Il lui avait été prêté, dans le jeu, par un ami, Qiu Chengwei, le meurtrier.
Qiu a poignardé son ami après avoir appris que celui-ci avait vendu l'objet pour 7200 yuans (environ 850 euros) sur le site d'enchères.
Le coupable a été condamné en première instance à la peine de mort avec sursis, cette peine pouvant se commuer en prison à vie voire une peine moindre selon la conduite du prisonnier.
Au contraire de la Corée du Sud où une législation spécifique existe, rien en Chine ne régule les achats & vente d'objets virtuels obtenus dans des jeux vidéo. Pour information, la section du site eBay dédié à ce type de vente affiche plus de 9 millions de dollars de transactions sur l'année 2003, les plus grands acheteurs étant les Coréens.
Cette triste histoire oblige encore une fois à rappeler aux gens que ce ne sont que des jeux. Si vous commencez à confondre univers réel et virtuel, il est grand temps pour vous de décrocher!

Source : JeuxOnline.info

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »