Le PIFFF 2015 arrive

Publié il y a 10 mois par Jonathan C.

Le PIFFF 2015 arrive : Programme et festivités

Programme et festivités

En dépit des tristes évènements de ces derniers jours et des nombreuses annulations de spectacles et d'évènements, ce mardi 17 novembre débute la nouvelle édition du désormais incontournable Paris International Fantastic Film Festival, qui se déroulera cette fois au Grand Rex, changement important grandement mis en valeur dans la superbe affiche du festival de cette année. Encore une fois, la sélection privilégie des films de genre à part, originaux et marginaux, de tous horizons, et qui n’ont soit pas encore de distributeurs (l’occasion, justement, d’en trouver) soit une distribution très confidentielle (sortie directement en DVD, sortie dans très peu de salles…). Certains films des précédentes sélections sont toujours inédits chez nous, mais d’autres ont trouvé des distributeurs qui leur ont offert une plus large visibilité.


 

Les 8 films en compétition officielle sont :

L’américain Curtain de Jaron Henrie-McCrea : Une femme emménage dans un appartement dont la salle de bain recèle un monstrueux secret : un rideau de douche qui ouvre sur une dimension parallèle.


Le franco-grec Blind Sun de Joyce A. Nashawati : La canicule frappe la Grèce. L'eau se fait rare. La tension est totale. Un immigré taciturne doit veiller sur la luxueuse villa d'une famille française qui l'a embauché. Mais le gardiennage va tourner au cauchemar. (projeté en avant-première)



Le dano-britannique Bridgend de Jeppe Ronde : « Une jeune fille et son père officier de police emménagent dans le comté de Bridgend, au sud du Pays de Galles. Dans ce coin pluvieux et morose, les jeunes habitants sont frappés par une « malédiction du suicide » qui polarise toute l'attention des parents et des institutions.



L’allemand Der Nacht Mahr de Akiz : Une jeune adolescente fêtarde voit sa vie changer du jour au lendemain suite à l'apparition d'une créature à laquelle elle est physiquement liée.



Le franco-espagnol Don’t grow up de Thierry Poiraud : Laissée à l'abandon par leurs surveillants qui ont mystérieusement disparus, une petite bande de délinquants juvéniles fait les 400 coups dans son centre de redressement. Mais cette drôle de situation va très vite révéler une menace inattendue : frappés par un mystérieux virus, les adultes sont enragés et attaquent tous ceux âgés de moins de 18 ans… (projeté en avant-première)


Le franco-belge Evolution de Lucile Hadzihalilovic : « Nicolas, onze ans, vit avec sa mère dans un village isolé au bord de l’océan, peuplé uniquement de femmes et de garçons de son âge. Dans un hôpital qui surplombe la mer, tous les enfants reçoivent un mystérieux traitement. Nicolas est le seul à se questionner. Il a l’impression que sa mère lui ment et il voudrait savoir ce que les femmes font la nuit sur la plage…



L’américain Some Kind of Hate d’Adam Egypt Mortimer : Un lycéen victime de harcèlement est envoyé dans un établissement pour jeunes à problèmes. Là, le fantôme d'une adolescente sème la mutilation et la mort


L’anglais The Survivalist de Stephen Fingleton : Dans un monde post-apocalyptique, un homme s'est établi dans une cabane en pleine forêt. Mais l'arrivée de deux femmes en quête de nourriture va bousculer sa discipline de vie. (projeté en avant-première)


 

Pour ouvrir les festivités, une avant-première de Scream Girl de Todd Strauss-Schulson, au sujet pour le moins emballant : Une jeune fille est propulsée au cœur du film d’horreur qui a fait la renommée de sa maman, un ex scream-queen décédée, et va y affronter un boogeyman légendaire. Voir la bande-annonce


 

Également au programme : des avant-premières de Southbound (film à sketch gore par l’équipe de V/H/S), de The Virgin Psychics (l’un des nombreux nouveaux films du génial Sono Sion), de Green Room (le nouveau film de Jeremy Saulnier après l’implacable Blue Ruin) en guise de film de clôture, de The 1000 Eyes of Dr. Maddin (un documentaire sur l’atypique Guy Maddin) et du très attendu Complexe de Frankenstein (le nouveau documentaire d’Alexandre Poncet et Gilles Penso, qui reviennent sur les créateurs de créatures les plus mythiques de l’Histoire du Cinéma). Sans oublier la sélection des courts-métrages français et internationaux, et la séance interdite avec le néo-zélandais trash Deathgasm (Deux geeks chevelus s'ennuient ferme dans leur bled paumé et décident de créer leur propre groupe de metal. Mais une mystérieuse partition sur laquelle ils ont mis la main va briser cette relative quiétude : quelques notes jouées suffisent à déchainer les enfers sur leur petite ville).


 

Cette édition 2015 du PIFFF nous permettra aussi de découvrir ou redécouvrir, sur grand écran et en copie restaurée, les cultes Darkman, Incidents de parcours, L'enfant miroir (Philip Ridley devrait venir présenter son film) et The Thing. Et la désormais traditionnelle nuit du PIFFF sera une nuit japanimation, avec Jin Roh, Le Garçon et la bête, Mind Game et Short Peace. Bref, de quoi se changer les idées, car comme le dit le codirecteur Cyril Despontin : « La vie continue. Nous allons continuer à montrer des films qui parlent de mondes féériques et qui changent les idées des spectateurs. On emmerde les terroristes. »

 

Plus d'informations et tous les détails sur le site officiel du PIFFF

 

Jonathan C.

Lien permanent de partage |

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »