75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Présentation de Tortuga, un jeu pas fantastique mais presque...

Publié il y a 2 ans par Amaury L.

Présentation de Tortuga, un jeu pas fantastique mais presque... : Des pirates, du beau matos et des coffres vides...

Des pirates, du beau matos et des coffres vides...

Voici une présentation critique de jeux qui ont traversé notre espace-temps, nos tables gravitationnelles, mais qui sont à la frontière du fantastique, mais pas complètement alors, on vous en parle simplement. On enfile l'habit de boucanier, avec Tortuga de l'éditeur Queen games.

 

 

Les pirates ont perdu la bataille.

 

Tortuga, une île mystérieuse, le refuge mythique des pirates souhaitant mettre leur butin en sécurité, est un enjeu majeur pour les boucaniers. Plusieurs capitaines réputés veulent se l'approprier afin de couler des jours heureux et tranquilles. Alors, avant le réconfort, pillage et abordage sont au menu. Qui sera le plus habile à manipuler canons et hommes ?

 

 

Une boîte au trésor.

 

Tortuga se présente sous une boîte de belles dimensions avec un matériel de qualité et achalandé. On découvre quarante petits coffres au trésor en bois, des pions Bateau et Pirate, même les vingt dés sont en matériau noble. Ensuite, on découvre quatre plateaux individuels, une tuile Île, trente tuiles Trésor, quatre écrans avec une belle scène de combat naval en illustration, et des jetons Bonus. L'ensemble donne satisfaction et apparaît comme une invitation à la pause ludique.

 

 

Les règles de piraterie sont claires.

 

Comme tout pirate digne de ce nom, l'objectif demeure de sécuriser rapidement six coffres au trésor sur l'île de Tortuga.

Tous les joueurs lancent simultanément leurs cinq dés et sélectionnent secrètement un ou plusieurs dés comportant le MÊME symbole et/ou avec une tête de mort (joker). Ensuite, ils les révèlent et les assignent à l'action correspondante (expansion de flotte, recrutement de pirates, chasse au trésor, abordage et pillage). On continue ainsi tant que tous les joueurs n'ont pas posé leurs cinq dés. A ce moment, on compare les scores et les deux plus forts totaux dans chaque action la réalisent (avantage plus important pour le premier). Dès que toutes les actions sont terminées, on déplace les coffres au trésor sur les plateaux individuels sur la zone suivante (zone de l'île puis zone d'équipage puis zone de flotte et enfin Tortuga). Évidemment, les actions Abordage et Pillage permettent de voler des coffres à des adversaires.

La partie se termine lorsqu'un joueur a enterré six coffres sur Tortuga. On marque trois points par coffre présent sur Tortuga, deux sur la zone de flotte, un sur celle de l'équipage. On ajoute le niveau atteint en flotte et équipage, avec les éventuels bonus des tuiles Trésor. Le pirate avec le plus de points l'emporte.

 

 

Et pourtant, on coule à pic.

 

Tortuga avait tout pour plaire, un matériel de qualité, des règles à la lecture qui paraissaient alléchantes et pourtant la pratique soulève une déception légitime. Les auteurs Jay Cormier et Sen-Foong Lim ont conçu des idées intéressantes, mais Tortuga laisse une impression désagréable que ce dernier n'est pas finalisé, totalement abouti. Tout d'abord, les trente cinq minutes affichées sur la boîte semblent complètement hors-sujet, même à deux joueurs on atteint l'heure de jeu et on la dépasse parfois allègrement lors des configurations à trois ou quatre. Cette longueur imprévue pénalise le rythme, le plaisir ressenti et renforce une sensation légitime de répétitivité. On attendait un tour dynamique et vif, surtout que tous les participants jettent et résolvent leurs dés simultanément. Ensuite, on constate une récurrence inquiétante et dévalorisante, si on est victime régulièrement d'attaques adverses, on entre dans un cycle insoluble, on devient une proie facile et on le reste durant toute la partie. Les règles de Tortuga ne permettent pas de se refaire une santé, ce qui, pour l'intérêt du jeu, ne semble pas réellement judicieux. Les riches s'enrichissent, les pauvres végètent et s'appauvrissent. Clairement, l'équilibre n'a pas été trouvé et cela donne l'impression que le jeu n'a pas été suffisamment testé. Certes, ça tourne et on parvient à finir la partie. Toutefois, difficile de s'extasier sur Tortuga en l'état.

 

 

Quelques règles « maison ».

  1. On peut au minimum toujours poser 2 dés pour l'action Abordage ou Pillage.

  2. L'action Abordage ou Pillage n'est pas obligatoire.

  3. À deux joueurs, le premier en expansion ou en recrutement avance de deux cases.

  4. A trois ou quatre, le premier en expansion ou en recrutement avance de trois cases, le second de deux, et tous ceux qui ont au moins 1 dé de 1 case.

Avec ces quelques règles, cela devrait tendre les débats.

 

En conclusion

Tortuga est un jeu de dés qui ne procure pas suffisamment de plaisir, en cause, un temps de partie beaucoup trop long, des mécanismes pas complètement aboutis, et des options stratégiques trop évidentes (on cadenasse quand des coffres sont proches d'être sauvés). Malgré un matériel de qualité, un thème attrayant et des idées intéressantes, Tortuga ne convainc pas réellement. Vraiment dommage, les pirates se coulent eux-mêmes.

 

Descriptif technique :

 

Auteurs : Jay Cormier, Sen-Foong Lim / Illustrateurs : Claus Stephan, Patrick Rennwanz

Editeur : Queen Games / Distributeur : Asmodée

Genre : dés, combat / Âge : à partir de 8 ans

Nombre de joueurs : 2 à 4 / Durée : entre 60 et 90 minutes

Sortie en boutique : octobre 2014 / Prix en boutique : 40 euros

Note du jeu : 5 /10

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »