La vidéo qui nous révèle l'origine du sabre laser dans Star Wars

Publié il y a 2 ans par David Q.

La vidéo qui nous révèle l'origine du sabre laser dans Star Wars : George Lucas explique sa démarche créative

George Lucas explique sa démarche créative

Qu’est ce qui a rendu Star Wars si épique ? Ce n’est pas son épopée galactique, ni ses personnages extraterrestres ou son côté mystique. Tous ces éléments ont contribués à son succès mais c’est bien une « petite » invention qui a propulsé la saga à son rang actuel : la création des sabres laser. Imaginer Star Wars et les Jedis sans sabres laser est tout simplement impossible. C’est cette arme qui les distinguent des autres et qui les rends si mystiques.

Pour célébrer la création de ces sabres lasers, le compte officiel de Star Wars a publié sur Youtube une vidéo de 15 minutes qui détaille l’histoire de la création de ces épées lumineuses, comment elles ont été utilisées dans les films et comment a été créé le son lié aux mouvements de ces sabres. Ben Burtt, l’ingénieur du son responsable de ce bruit mythique, explique comment il a réussi à inventer ce « wouch ».

Si vous souhaitez en savoir plus sur la création des sabres lasers, regardez donc cette vidéo commentée par George Lucas, Mark Hamill et Ben Burtt.

Lien permanent de partage | Consulter la source de l'article

Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie de la SF en rapport avec l'article

  • Star Wars

    404 fiches

  • George Lucas

    George Lucas

    Homme, né le 14/05/1944 à Modesto, Californie, Etats-Unis d'Amérique

  • Mark Hamill

    Mark Hamill

    Homme, né le 25/09/1951 à Oakland, Californie, Etats-Unis d'Amérique

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »