Ouverture de L’ETRANGE FESTIVAL J1

Publié il y a 5 ans par Richard B.

l'étrange festival commence avec éclat.

L’ETRANGE FESTIVAL (du 2 au 11 septembre 2011 au Forum des Images de Paris) a entamé hier soir son programme « officiel » avec le court métrage Sucre de Jeroen Annokkee, et le film The Divide de Xavier Gens. Au même moment, d'autres spectateurs pouvaient découvrir « El infierno »de Luis Estrada.

Peu avant le lancement de « Sucre », Frédéric Temps, son président et membre fondateur est venu ouvrir le festival par un petit discoursn et ainsi remercier les partenaires du festival aux côtés de Laurence Herszberg, directrice générale du Forum des Images de Paris. Le discourt fut suivit de l'arrivée sur scène de Jean-Pierre Mocky, très en forme et remonté à l'encontre de toute forme de censure. Possesseur de la « carte blanche » de cette année 2011, l'acteur-réalisateur-scénariste est venu présenter sa sélection au public.

étrange festival 2011

Nous avons donc pu découvrir hier soir le très attendu The Divide de Xavier Gens, plutôt bien apprécié par la presse Outre-Atlantique, mais malgré tout dénigré par ceux qui avaient découvert le film à Cannes. Nous étions donc trois hier soir de l'équipe à pouvoir nous faire un avis sur le film. Soyons direct le bilan est amplement favorable pour le film de Xavier Gens « une vraie bombe ! » pour Jonathan C. « un film sympathique » pour Vincent L. et « une bonne réussite » pour ma part (Richard B).

L'action de The Divide, qui a été présenté par Xavier Gens Himself, se situe après une explosion cataclysmique qui ravage la ville de New York. Le film suit huit personnes (dont Milo Ventimiglia, Michael Biehn et Rosanna Arquette) qui se sont réfugiées dans le sous-sol de leur immeuble. Le film se divise en deux parties : une « d'installation, dans laquelle le doute s'installe sur ce qui peut y avoir à l'extérieur », la seconde traitant de l'état des survivants, qui se dégrade autant mentalement que physiquement. La transition entre les deux parties peut sembler brutale, mais le film intrigue, possède une très bonne ambiance et profite d'acteurs convainquant (même si leurs personnages peuvent parfois sembler tourner à la caricature). Xavier Gens réussit ici son pari de nous tenir en haleine durant toute la longueur.

Lors de la seconde séance notre choix c'est portée sur The Woman (en parallèle certains spectateurs ont pu découvrir Guilty of romance de Koi no tsumi (vu au nifff) et Confessions de Tetsuya Nakashima.

The Woman de Lucky McKee est quant à lui un véritable film coup de poing, un uppercut qu'on se prend en pleine gueule, mais qui, indéniablement, ne plaira pas à tout le monde au vu de sa violence graphique ou de sa morale qui laisse le spectateur libre de son interprétation. Dans ce quatrième film du réalisateur de May, un avocat « adepte de chasse en nature » capture et tente de « civiliser » une « femme sauvage », rescapée d’un clan violent qui a parcouru la côte nord-est des États-Unis pendant des décennies. Nous ne dirons pas beaucoup plus ici sur le scénario du film qui vous amène de surprise en surprise. Très féministe, et dégradant pour l'image de l'homme au masculin, Lucky McKee n'hésite pas à marcher sur un fil, etre dérision et sérieux à toute épreuve. En vrai équilibriste, Lucky McKee ne tombe pas, et offre là du cinéma de haute volée qui par son non-compromis assumé sera par contre trop dérangeant pour un certain type de publics, voire pour la censure.

Cette première journée de l'étrange festival a donc commencé avec éclat. Pour le reste, sachez que  The Woman sera rediffusé lors du festival le dimanche 4 septembre à 21H30.

Reportage de Vincent L., Jonathan C. et Richard B.

Lien permanent de partage |

Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie de la SF en rapport avec l'article

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

  • Jusqu'à présent sur les quelques films que j'ai vu la plus grosse claque est incontestablement Hideaways d'Agnès Merlet. Sensible et émouvant, une perle lumineuse.
    Fartassgaz, le 5 septembre 2011 16:45